Eurofighter ou F-18 ? L'Allemagne doit choisir son prochain bombardier nucléaire

·2 min de lecture

La revue de presse Allemande se penche sur la future politique nucléaire du nouveau gouvernement de coalition, car la loi prévoyant une sortie du nucléaire pour fin 2022 ne concerne que la production d'électricité. Des décisions devront donc être prises concernant également les armes nucléaires que l'Allemagne détient en tant que membre de l'OTAN. Comme le montre déjà le traité de coalition, les Verts et le SPD sont prêts à certaines concessions.

Contrairement à la France, l’Allemagne ne dispose pas de ses propres armes nucléaires. En tant que membre du Groupe des plans nucléaires de l’OTAN, elle a seulement le droit de participer aux décisions stratégiques et aux attaques jugées nécessaires. Pour ce faire, elle détient une vingtaine de bombes nucléaires, stockées sur la base de Büchel, en Rhénanie-Palatinat, qui peuvent équiper des avions de combat ; les États-Unis sont les seuls à pouvoir les délivrer. Mais la quarantaine de chasseurs Tornado destinés à les porter sont tellement antiques qu’il devient presque impossible de continuer à les entretenir. Leur date limite d’utilisation étant fixée à 2030, il est grand temps de songer à les remplacer.

Voilà un sujet bien épineux pour le nouveau gouvernement de coalition, lorsque l’on sait qu’une partie des sociaux-démocrates et des Verts exigeaient encore pendant la campagne électorale l’abandon de la participation nucléaire de l’Allemagne à l’OTAN et le retrait de toutes les armes nucléaires du pays. Mais depuis que la Russie affirme de plus en plus explicitement ses prétentions guerrières, le principe de réalité a pris le dessus, explique la . Le nouveau gouvernement s’est donc engagé dans son traité de coalition à acquérir de nouveaux avions de combat pour remplacer la flotte actuelle devenue obsolète. La mesure est nécessaire, mais le choix est cornélien. L’ancienne ministre de la défense, Annegret Kramp-Karrenbauer (CDU), avait décidé en avril 2021 d’acheter 45 avions américains de type F-18 : 30 Super-Hornet, et 15 Growler capables de combattre avec des armes air-sol, qui n’ont pas d’équivalent européen.

L’industrie aéronautique allemande espère de son côté que le gouvernement va pencher pour des Eurofighter, construits par Airbus en Bavière. Mais l’Allemagne aura-t-elle vraiment les moyens d’entretenir autant d’avions de combat, si l’on prend également en compte le futur avion de combat du SCAF ? Est-il également envisageable que les Américains puissen[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles