Euro féminin de handball : dans la peau d’Alexandra Lacrabère

Stéphane Bianchi
Nancy, le 2 décembre. La joie d’Alexandra Lacrabère lors du match de l’Euro face à la Slovénie

Avant d’affronter le Danemark ce jeudi soir à Nantes, l’arrière droite de l’équipe de France s’est dévoilée au travers des nombreux tatouages qui lui recouvrent le corps.


Le bleu, elle l’a dans la peau. Au sens propre comme au figuré. Du haut de ses 220 sélections, Alexandra Lacrabère (31 ans) fait partie des joueuses de l’Euro les plus capées en équipe de France. Mais elle est en aussi, et de loin, la plus tatouée. « Alex, elle a fait de sa peau un chouette lieu d’expression, dit sa partenaire Manon Houette. Elle nous montre presque un nouveau tatouage à chaque rassemblement. »

Le bras droit coloré que la gauchère des Bleues baladera ce jeudi soir (18 heures) à Nantes dans le premier match du tour principal face au Danemark ne dit pas tout de ce qui lui habille l’épiderme. « Aujourd’hui, j’en ai une bonne quinzaine, » révèle ainsi la Paloise en rappelant que ses parents lui avaient interdit tatouages et piercings. « Mais ils sont adorables, ils n’ont rien dit lorsque j’ai fait le premier (NDLR : un signe tribal derrière l’épaule gauche) en 2011. »

Et il valait mieux : « une semaine après, je me suis fait cercler le mollet d’un tatouage maori », rigole-t-elle. La douleur et le style - « particulier pour une femme, convient-elle » - font que le premier sur un membre inférieur lancera la série sur le haut du corps.

Des fleurs, des ailes d’ange, une horloge sont ainsi venues se poser sur son bras droit au gré de ses voyages au Brésil. « Ça coûte beaucoup moins cher là-bas, explique-t-elle. Mais surtout, contrairement à ici, ils peuvent bosser plus de deux heures d’affilée. » En tout, il aura fallu 8 et 6 heures pour agrémenter l’ensemble d’une ancre, « synonyme de nouvelle vie », d’un papillon, « symbole de liberté et de légèreté » et d’une hirondelle dont elle ne tient pas à révéler la signification. Voilà pour la partie la plus visible.

Un éléphant calme et imposant sur le biceps droit

Les autres lui ressemblent. Comme elle, ils ne se dévoilent pas facilement. Le taureau, (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Euro de handball : « On maîtrise et on ne panique pas ! » se félicite Allison Pineau
Euro féminin : les Bleues se régalent encore face au Danemark (29-23)
Fair-play financier : pourquoi le PSG a saisi le Tribunal arbitral du sport
La Ligue ne veut pas de report global de la 17e journée de Ligue 1
Tennis : pourquoi Mauresmo renonce aux Bleus