Euro : comment désignait-on le vainqueur avant la création des tirs aux buts ?

·1 min de lecture

Deux mi-temps de 45 minutes chacune, deux quarts d'heure de prolongations si aucun vainqueur n'est désigné, puis, éventuellement, une séance de tirs aux buts. Le déroulé des matches des phases finales de l'Euro - et des autres compétitions internationales - ne pose aujourd'hui aucune question. Il n'en a pourtant pas toujours été ainsi : avant la Coupe d'Europe des Nations 1976, la redoutable épreuve des tirs aux but n'avait pas cours ! Europe 1 vous replonge dans l'ambiance de l'année 1968, qui a mis les nerfs des équipes à (encore plus) rude épreuve. 

L'Italie qualifiée à pile ou face en demi-finale… 

Avant l'instauration de la séance, déjà couperet, des tirs au but, deux manières de départager des équipes à égalité en match à élimination directe existaient. La première, celle du tirage au sort, a notamment décidé du résultat de la très controversée demi-finale entre l'Italie et l'URSS, en 1968. A la fin du match et des prolongations, alors que le score était toujours nul et vierge, l'arbitre allemand décide de laisser le sort choisir le camp vainqueur. 

Selon Le Monde, qui a retracé cet épisode, les fédérations soviétique et italienne ont insisté pour que ce tirage au sort ait lieu à l'intérieur, dans un "lieu calme", plutôt que sur la pelouse. Les versions divergent quant au protagoniste ayant choisi le côté de la pièce attribué à l'Italie : est-ce son capitaine, Giacinto Facchetti, ou le président de la fédération ? L'homme a en tous cas eu de la chance et c'est bien son ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles