Euro-2021 : l'Espagne vient à bout d'une Suisse héroïque et se hisse en demi-finales

·3 min de lecture

Contre une Nati réduite à dix une partie du match, l'Espagne a énormément souffert pour aller chercher sa place en demi-finale de l'Euro-2021. Qualifiée au bout du suspense vendredi (1-1, 3 tirs au but à 1), la Roja affrontera la Belgique ou l’Italie en demi-finale.

Fin de parcours pour les Suisses qui auront fait honneur à leurs couleurs et à leurs supporters dans cet Euro-2021. Quart-de-finaliste pour la première fois de son histoire, la "Nati" n’ira pas plus loin. Dans la douleur, l’Espagne a mis un terme à l’aventure de Vladimir Petkovic et de ses hommes à Saint-Pétersbourg, vendredi 2 juillet (1-1, 3 tirs au but à 1).

Après leurs feux d’artifice offensifs en huitièmes de finale, les deux sélections n’ont pas mis autant d’intensité dans la Gazprom Arena. Avec son jeu basé sur la possession de balle et grâce à un pressing haut, l’Espagne a débloqué la situation très vite.

L'Espagne a frappé d'entrée

Remplaçant face aux Croates, Jordi Alba a retrouvé une place dans le onze de départ. Et il a donné raison au sélectionneur Luis Enrique en provoquant l’ouverture du score. Sur le premier corner du match, le ballon est revenu sur le Barcelonais à l’entrée de la surface de réparation. Sa reprise a été détournée par Denis Zakaria dans ses propres filets (8e).

Sans Granit Xhaka, suspendu, la Suisse a beaucoup souffert dans le premier quart d’heure, tournant à seulement 23% de possession au plus fort de la domination espagnole. Mais l’Espagne a peu à peu levé le pied, proposant un cocktail mêlant possession inefficace et incapacité à cadrer ses timides frappes.

Shaqiri punit la défense ibérique

En seconde période, le manque de maîtrise espagnol s’est accentué à mesure que les minutes défilaient. Et ce qui pendait au nez des Ibères est arrivé. La défense s’est mise à la faute et la Suisse en a profité. Laporte pensait écarter le danger. Mais Pau Torres a contré son dégagement et remis le ballon plein axe. Une aubaine pour Remo Freuler, qui a pu transmettre à Xherdan Shaqiri. Le joueur de Liverpool, capitaine du jour en l’absence de Xhaka, ne s’est pas fait prier et a glissé le ballon hors de portée d’Unai Simon (68e).

L’élan suisse, qui a emporté la France lundi, a été interrompu par le carton rouge direct adressé à Freuler, auteur d’un tacle non maîtrisé (77e). En infériorité numérique, la donne s’est compliquée pour les Helvètes contre une Espagne balbutiant son football. Comme en huitièmes de finale, ces deux équipes n’ont pas échappé à la prolongation.

Sommer héroïque

Plus fraîche et à onze contre dix, l’Espagne a assiégé a surface suisse pendant les 30 minutes de la prolongation. A d’innombrables reprises, la Suisse a semblé sur le point de craquer face à une avalanche de frappes sur la cage. Seulement voilà, au centre de cette cage, il y avait Yann Sommer. L’homme qui avait repoussé le tir au but de Kylian Mbappé a de nouveau revêtu son costume de héros pour dégoûter un à un les attaquants espagnols. Moreno à bout portant, Oyarzabal et ses tirs enroulés, Busquets de la tête… Au total, la Roja a frappé 17 fois au but en 30 minutes. Un vrai déluge sur la défense suisse ! Et Sommer a tout bloqué, tout dévié, tout repoussé.

L'inévitable séance de tirs au but a donc commencé. Sommer, encore lui, a signé deux parades. En face, Simon en a fait de même. Et puis, Vargas a trop enlevé son tir. Oyarzabal, lui, n'a pas tremblé sur le tir décisif. Au bout du bout, la Suisse est tombée, debout, face à l'Espagne.

Retrouvez le suivi de la rencontre via notre liveblog :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles