Euro-2021 : Italie, Danemark, Espagne, Angleterre… un dernier carré royal pour Wembley

·4 min de lecture

L'Angleterre, le Danemark, l'Espagne et l'Italie sont les quatre dernières équipes en lice de l'Euro-2021. Elles se retrouveront mardi et mercredi à Wembley pour batailler pour une place en finale.

Tous les chemins de l'Euro mènent à Wembley. Le mythique stade de Londres accueille, à partir de mardi 6 juillet, les demi-finales du championnat d'Europe de football : Italie-Espagne puis Angleterre-Danemark.

Malgré la chute précoce des favoris français, allemand, belge ou encore du tenant du titre portugais, le dernier carré a fière allure. Passage en revue des prétendants au titre.

• Une Italie séduisante et invincible

La "Nazionale" a totalement évacué le traumatisme de sa non-qualification pour le Mondial-2018, avec son attaque à frissons incarnée par Lorenzo Insigne et sa défense de fer organisée autour de Giorgio Chiellini et Leonardo Bonucci, seulement prise à défaut deux fois depuis le début du tournoi : en huitièmes contre l'Autriche (2-1 a.p.) puis en quarts contre la Belgique sur penalty (2-1).

Gonflée par 32 matchs sans défaite depuis septembre 2018, l'Italie est en mode rouleau-compresseur et à une marche d'une finale à Wembley, ce "temple du football" comme le qualifie avec respect son sélectionneur Roberto Mancini.

• Une Espagne qui veut renouer avec la gloire

Après deux performances indigestes en début d'Euro face à la Suède (0-0) et à la Pologne (1-1), la Roja a retrouvé des couleurs au bon moment, avant d’affronter la Slovaquie lors de son dernier match de groupe (5-0). Alors que l'équipe nationale ne rencontrait que l'indifférence, elle a fini par repassionner les foules après un match fou contre la Croatie (5-3 ap) et une performance haletante contre la Suisse (1-1, 3-1 tab). Des performances qui doivent beaucoup aux individualités espagnoles, à l'image du phénoménal Pedri.

La Roja ne veut pas se contenter de la demi-finale. Elle est en mission rachat après ses Mondiaux 2014 et 2018 ratés, entrecoupés d'un Euro-2016 terminé dès les huitièmes de finale... face à l'Italie (2-0), qu'elle avait corrigée quatre ans plus tôt en finale de l'Euro-2012 (4-0). Dans ce remake de 2012, qui l'emportera ?

• Un Danemark qui a du cœur

Il y a quelque chose de béni au royaume du Danemark dans cet Euro. Privés de leur meilleur joueur, Christian Eriksen, victime d'un accident cardiaque sur le terrain au premier match avant d'être réanimé à même la pelouse et tiré d'affaire, les Scandinaves ont su réagir et faire front commun en l'honneur de leur milieu de terrain.

Malgré deux défaites, ils ont réussi in extremis à se hisser à la deuxième place de la poule B avant d'écarter de manière convaincante le pays de Galles (4-0) puis la République tchèque (2-1). La dernière fois que le Danemark avait atteint le stade des demi-finales, il avait été sacré dans la foulée. Les coéquipiers de Simon Kjaer rêvent de rééditer l'exploit de la "Danish Dynamite", leurs glorieux aînés.

Il y a neuf mois, le dernier Angleterre-Danemark avait tourné à l'avantage du petit pays nordique (1-0), en Ligue des nations et déjà à Wembley. L'unique buteur ce jour-là, Christian Eriksen, ne foulera pas la pelouse mais il sera dans toutes les têtes.

• Une Angleterre impassible

Après sa nette victoire face à l'Ukraine (4-0), et toujours sans prendre de but dans l'Euro, l'Angleterre peut rêver en grand et avoir le sentiment que les planètes n'ont jamais été aussi bien alignées. Elle a battu au tour précédent l'Allemagne, sa bête noire, pour la première fois dans un match éliminatoire depuis 55 ans et a déjà remporté le Mondial-1966 à domicile.

"Deux demi-finales de suite en grand tournoi, c'est une vraie réussite, mais sans vouloir être un rabat-joie, on ne veut pas s'arrêter là", a déclaré le défenseur et buteur Harry Maguire à l'issue de la rencontre.

"On est sur la bonne voie, mais on n'a rien fait pour le moment", a abondé Harry Kane. "On a une demi-finale à jouer à Wembley, c'est un très bon moment à vivre, mais on sait où on veut aller". Jusqu'au sacre le 11 juillet, évidemment.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles