Euro 2020: de la promesse de Platini au cauchemar du covid-19

·Journaliste
·1 min de lecture
Michel Platini, ici photographié en 2014 aux côtés des patrons du football anglais (qui venaient alors d'obtenir l'organisation des phases finales de l'Euro 2020), est le grand architecte de cette édition singulière car répartie dans une dizaine de pays. (Photo: FABRICE COFFRINI / AFP)
Michel Platini, ici photographié en 2014 aux côtés des patrons du football anglais (qui venaient alors d'obtenir l'organisation des phases finales de l'Euro 2020), est le grand architecte de cette édition singulière car répartie dans une dizaine de pays. (Photo: FABRICE COFFRINI / AFP)

FOOTBALL - “Je vais faire une annonce qui va surprendre: j’ai eu l’idée de voir l’Euro en 2020 dans toute l’Europe.” Voici comment Michel Platini présentait, en juin 2012, le concept de “son” Euro de football 2020 attribué non pas à un, ni à deux pays comme cela se fait parfois, mais à toute l’Europe. Et d’ajouter quelques semaines plus tard, une fois l’idée votée par les instances du football européen: “Aujourd’hui, la page est blanche. Je ne sais pas combien de stades seront concernés.”

En clair, la légende du football français avait réussi à faire accepter l’idée d’une compétition se déroulant sur tout le continent, mais sans donner la moindre précision quant aux futurs hôtes (en dehors du fait qu’ils seraient “douze ou treize”), aux distances à parcourir pour les joueurs et supporters, ou simplement au format du tournoi. Une promesse dans la droite lignée du programme politique “universaliste et solidaire” qui l’avait porté quelques années plus tôt à la tête de l’UEFA, à savoir de s’ouvrir à un maximum de petites nations, lesquelles disposent du même pouvoir au niveau des votes que les grandes nations traditionnelles.

Et c’est peu dire que dès le départ, l’idée avait surpris. Risque d’inégalité sportive en faveur des pays accueillant la compétition et évoluant devant leur public, impossibilité pour les supporters de suivre leur équipe sur toute la compétition sans dépenser des sommes trop importantes, trajets interminables pour les joueurs pour passer d’un match aux confins de l’Eurasie à une rencontre sur l...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.