Eure-et-Loir: un homme retrouvé enterré dans la campagne, un couple interpellé pour meurtre

Illustration - AFP
Illustration - AFP

Les rivalités au sein d'un triangle amoureux ont-elles poussé au crime? Un couple a été mis en examen et placé en détention provisoire jeudi à Chartres, indique ce vendredi le procureur de la République, Frédéric Chevallier, dans un communiqué. L'homme et la femme, âgés respectivement de 30 et 25 ans, sont suspectés d'avoir tué un quadragénaire puis de l'avoir enterré, "les bras reliés aux jambes par du scotch", précise le magistrat.

La victime est l'ex-compagnon de la suspecte, avec qui il a eu un enfant âgé de 11 mois, ajoute le procureur. C'est elle qui a signalé sa disparition à la gendarmerie de Volves, en Eure-et-Loir, le 3 janvier dernier. La jeune femme a indiqué aux enquêteurs qu'elle était sans nouvelle du père de son bébé, et ce depuis le 31 décembre. Une enquête pour disparition inquiétante a alors été ouverte par le parquet de Chartres.

Menaces de mort et rivalité amoureuse

Rapidement, les investigations menées par la brigade de recherches de Lucé, en Eure-et-Loir, et la section de recherches d'Orléans, dans le Loiret, se sont orientées vers la piste criminelle. "Des témoignages permettaient de comprendre que cette disparition était intervenue dans un contexte de menaces de mort et de rivalités amoureuses entre l'homme disparu et un autre, âgé de 30 ans", développe le procureur, ajoutant que la suspecte et l'homme disparu avaient pu "entretenir des relations intimes".

Par ailleurs, "plusieurs traces de sang" ont été relevées au domicile de la jeune femme ainsi que dans l'appartement qu'elle occupe avec son compagnon actuel. Les soupçons se sont donc rapidement portés sur le couple qui a été interpellé le 17 janvier, à son retour d'un séjour de dix jours en Martinique.

"Coups de marteau"

Confronté aux éléments récoltés par les enquêteurs, l'homme de 30 ans a reconnu, en garde à vue, avoir tué son rival de 49 ans "lors d'un affrontement violent dans l'appartement de la concubine, le 30 décembre", précise Frédéric Chevallier. La victime, armée d'une "pique", a été frappée à la tête "à coups de marteau". Puis, le trentenaire a expliqué être allé acheter "une bêche", avec la carte bancaire du défunt, pour creuser un trou dans la campagne à moins de 10 kilomètres du lieu du crime, et enfouir son corps.

De son côté, la femme a livré les raisons de l'altercation entre les deux hommes. Selon sa version, "la victime l'avait retenue de force dans son appartement pendant deux jours, les 24 et 25 décembre, lui faisant subir des violences physiques et sexuelles", détaille le parquet de Chartres. "Elle se disait étrangère aux faits criminels."

Malgré ses explications, elle a été mise en examen - au même titre que son conjoint - pour meurtre, enlèvement, détention et séquestration. Des faits qui font encourir aux mis en cause la peine de 30 ans de réclusion criminelle.

Article original publié sur BFMTV.com