Eure-et-Loir : Il agresse sexuellement sa fille pendant son sommeil

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Le tribunal judiciaire de Chartres (Eure-et-Loir) a condamné un homme ce lundi 10 janvier 2022 pour avoir agressé sexuellement sa fille, alors mineure. (Photo d'illustration : Getty Images/EyeEm) (Getty Images/EyeEm)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Trois ans après les faits, un homme comparaissait devant le tribunal de Chartres pour avoir agressé sexuellement sa fille âgée de 17 ans, à l'époque. Il a été condamné à 12 mois d'emprisonnement.

Un homme de 49 ans était jugé ce lundi 10 janvier, devant le tribunal judiciaire de Chartres (Eure-et-Loir) pour agression sexuelle incestueuse sur sa fille, âgée à l'époque de 17 ans, rapporte Actu Chartres.

Les faits remonteraient à décembre 2018. La jeune femme décide d'aller dormir chez son père qui vit avec sa compagne à Châteauneuf-en-Thymerais. Tous les trois vont, ce soir-là, dîner au restaurant. Son père est alcoolisé et sa compagne refuse de dormir avec lui. Il va alors s'endormir sur le canapé auprès de sa fille.

La victime, alors mineure, raconte aux enquêteurs s'être réveillée, en pleine nuit et avoir senti la main de son père dans sa culotte et sur sa poitrine. La jeune fille n'en parle pas à son père. C'est plus tard, qu'elle se confie à une amie puis à des professionnels de santé alors qu'elle est hospitalisée pour une dépression.

"C’est un geste de domination"

Trois ans après, le père de famille comparaît devant le tribunal, sans avocat et reconnaissant à demi-mots l'agression sexuelle.

"Je ne m'en souviens pas, je suis toujours dans le vague. Pour moi, je suis accusé à tort, mais je crois ma fille, ce n'est pas une menteuse", a-t-il assuré.

Pour la procureure, les arguments du prévenu sont insuffisants : "Il vient se cacher derrière l’alcoolisme pour dire qu’il ne s’en souvient pas, alors que c’est un geste de domination", relate le site d'information.

La procureure a ainsi interrogé l'homme sur la "fixation" qu'il faisait sur la poitrine de sa fille. "Vous trouvez cela normal qu’elle soit gênée du regard de son père ?"

L'individu a été condamné à 12 mois de prison. Il effectuera sa peine à domicile et devra indemniser sa fille de 3 000 euros pour le préjudice moral.

VIDÉO - France : briser le tabou pour mieux lutter contre l'inceste

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles