Euforia

Libération.fr

de Valeria Golino (Un certain regard).

Une ode à la dolce vulgarita de la bourgeoisie romaine au manque de charme pas du tout discret. Matteo, artiste homo conforme au cliché de la folle-vacharde, dévoile un cœur gros comme ça en recueillant son frère diminué par un accident de cerveau (car il en a un). Dans ce festival de plans infâmes sur des choses stupides, on ne sait à quelle scène donner la palme. Celle où le frère demande à Matteo s’il préfère «la mettre» ou «qu’on lui mette» (tendresse). Ou lorsque Matteo saute à pieds joints par-dessus une mendiante accroupie sur un trottoir en criant «tricheuse !» (humour).

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

«Under the Silver Lake», Los Angeles parano
Monsieur
«En guerre» lasse
«Solo», Star Wars à vau-l’eau
«Sofia», délit de grossesse