Etudiants précaires : leur santé en danger

La rédaction d'Allodocteurs.fr

Logements insalubres, petits boulots et fins de mois difficiles… Ce quotidien, de nombreux étudiants français le connaissent. Vendredi 8 novembre, un jeune homme de 22 ans s’est immolé à Lyon, désespéré par ses conditions de vie difficiles. Plusieurs rassemblements en sa mémoire ont eu lieu le mardi suivant à Lille, Paris ou Saint-Étienne.

La santé au second-plan

Sur les réseaux ou dans les médias, les témoignages affluent et beaucoup concordent : dans ces situations précaires, la santé arrive après l’alimentation et les études.

Selon l’Insee, plus de 13% de la population estudiantine a déjà renoncé à consulter un médecin pour des raisons financières. Pour le Dr Raphaëlle Badie, médecin généraliste au centre de santé de l’université Paris-Descartes (75), cette absence de soins peut mettre en danger la santé des jeunes. « Nous en consultation, on voit arriver des patients qui ont des pathologies un petit peu plus lourdes, des complications, des surinfections parce que les choses ont trainé. Ou encore des retards diagnostiques sur des pathologies assez courantes et simples mais la prise en charge a été retardée probablement en partie à cause de problèmes de budget. »

Pour les syndicats étudiants, le budget est d’ailleurs de plus en plus serré. Ils dénoncent notamment la baisse des aides au logement en 2017.

À lire aussi : "Le (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi