Etienne Carbonnier : cette remarque de son père qui ne passe pas

·1 min de lecture

En quelques années, Etienne Carbonnier s'est fait une vraie place dans l'équipe de Quotidien. Si la voix est tremblante au début, le chroniqueur est très vite adopté par le public, grâce à son attitude pince-sans-rire et ses pastilles, souvent hilarantes. Et il se sent comme un poisson dans l'eau. "J’aime la manière de traiter les choses différemment, de montrer un autre point de vue sur l’actualité. Avec la rubrique Canap’ je traite de la télévision avec un regard extérieur et de l’humour. Transpi met en avant des choses que l’on ne voit pas sur les autres chaînes, même des activités qui ne sont pas forcément considérées comme du sport", expliquait-il, en 2018, à TV Mag. Avec les années, ses chroniques se diversifient, sa présence en plateau se rallonge et, pour la deuxième fois de sa carrière, Etienne Carbonnier va présenter une émission en prime-time : Canap 95, un nom tiré de sa chronique, et qui sera diffusé ce mardi 30 mars à 21h15.

Pour être prêt, Etienne Carbonnier a dû mettre les bouchées doubles, comme il l'explique au Parisien. "Vu que je devais faire ma chronique chaque soir dans Quotidien, je bossais en plus le soir, le week-end…, affirme-t-il. Je suis jeune, ce n’est pas grave si je suis un peu fatigué". D'ailleurs, selon le journal, ses collègues louent son côté travailleur acharné.

Pas son papa, qui préjuge un peu de l'investissement de son fils. "Mon père pensait que j’arrivais à 16 heures, que trois esclaves m’avaient préparé les images… Et il me disait que c’était (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Françoise Hardy se confie sur sa relation actuelle avec Jacques Dutronc, "l'homme de sa vie"
PHOTO Loana hospitalisée : Eryl Prayer partage un cliché rassurant de Titi, le chien de la star
Que devient Ian Ziering, le Steve Sanders de Beverly Hills ?
Nagui dévoile la lettre bouleversante qu'il a reçue d'une téléspectatrice de N'oubliez pas les paroles
Sharon Stone révèle avoir subi une augmentation mammaire à son insu