Ethiopie : selon MSF, les structures de soins du Tigré sont délibérément vandalisées par les combattants

Jacques Deveaux
·1 min de lecture

"Les structures de soins ont été pillées, vandalisées et détruites de façon délibérée et généralisée." C'est le constat dressé par Médecins sans Frontières (MSF), suite à une enquête menée par ses équipes dans la région éthopienne du Tigré. 106 établissements de santé de la région ont été examinés au cours de l'enquête. Seuls 13% fonctionnaient encore correctement. Les trois-quarts des établissements ont été pillés.

Si certains de ces pillages sont considérés comme "opportunistes" par MSF, "la plupart des centres de santé ont été délibérément vandalisés pour les rendre non fonctionnels", précise l'ONG. Des équipements, sans aucun usage autre que médical, ont ainsi été cassés. A l'hôpital d'Adwa, des échographes et des moniteurs ont été détruits. Ailleurs, les pilleurs s'en sont pris également aux bâtiments, détruisant portes et fenêtres afin de les rendre impraticables.

Des hôpitaux en guise de casernes

Des soldats, érythréens ou éthiopiens, se sont installés dans certains centres de santé pour en faire un casernement ou un centre de commandement. C'est le cas pour l'hôpital d'Abiy Addi, dans le centre de la région, occupé par les forces éthiopiennes jusqu'au début du mois de mars. Alors que l'établissement dessert une population d'un demi-million d'habitants, il était interdit aux civils, l'armée se le réservant pour prodiguer les premiers soins à ses soldats blessés.

Des ambulances aux mains des combattants

Au delà des attaques sur les bâtiments, selon MSF, c'est tout le (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi