Ethiopie : inquiétude pour les milliers de réfugiés érythréens ayant fui la dictature du président Afeworki

franceinfo Afrique avec agences
·1 min de lecture

Alors que la situation humanitaire au Tigré reste alarmante, les Nations unies s’inquiètent du sort des dizaines de milliers de réfugiés érythréens qui ont fui ces dernières années l'Erythrée, frontalière du Tigré, et le régime autocratique du président Issaias Afeworki. Malgré les annonces d'Addis Abeba sur la fin du conflit dans cette région du Nord, des images satellites, des déclarations de responsables militaires et civils en poste au Tigré et de rares témoignages d'habitants suggèrent que le conflit continue dans l'ombre. L'ONU s'inquiète particulièrement de possibles exactions dans deux camps abritant plus de 30 000 réfugiés érythréens, toujours inaccessibles.

C'est au moment où les habitants du Tigré entamaient les récoltes, début novembre 2020, que l'armée fédérale éthiopienne a lancé une offensive contre les forces de l'ancien parti au pouvoir local, le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), accusées d'insurrection. Aujourd'hui, les Ethiopiens du Nord meurtri par la guerre civile meurent du manque de services de santé, souffrent de pénuries de nourriture et d'eau et restent "terrifiés", selon les quelques agences humanitaires qui peuvent accéder aux zones les plus reculées du Tigré.

Camps de réfugiés attaqués

Humanitaires et diplomates se sont alarmés d'informations faisant état du meurtre de réfugiés ou d'enlèvements et de retours forcés en Erythrée, qui auraient été (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi