Eté 2024 : pourquoi commence-t-il le 20 juin et non le 21 juin ?

Le 20 juin 2024 est le jour le plus long de l'année et celui où le Soleil se situe au plus loin de l'équateur.

Ce 20 juin 2024 marque le début de la saison estivale ainsi que le solstice d'été. C'est-à-dire le moment où la longitude du Soleil, dans l'hémisphère nord, est à 90°. Autrement dit, à l'instant où le Soleil se situe au plus loin de l'équateur. Ce qui se produira très exactement à 22h51min et 1,1s (heure française) ce soir.

S'il semble habituel de voir l'été poindre son nez plutôt le jour d'après, le 21 juin, ce n'est pas tout à fait une règle et cette date est en fait variable : au 20ème siècle, le solstice d'été est tombé à 36 reprises le 22 juin et à 64 le 21 juin ; au 21e siècle, il tombera à 47 reprises le 20 juin et en 2488, ce sera même le 19 juin !

Une orbite terrestre de plus de 365 jours

C'est l'Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (IMCCE), à Paris, qui est chargé de calculer très précisément les dates des changements des saisons. Elles ne tombent pas toujours le même jour car la Terre accomplit sa révolution autour du Soleil en un peu plus de temps que les 365 jours de notre calendrier. 365,242199 jours exactement.

Ce n'est pas beaucoup plus mais cumulé au fil des années, sur de nombreux siècles, ce décalage, s'il n'était pas corrigé, engendrerait de gros problèmes de calendrier avec des aberrations importantes dont notamment des saisons complètement décalées.

Lire aussiSoleil : tout savoir sur notre étoile, de sa naissance à sa mort

Pour compenser ce décalage, les astronomes ont rajouté, dans le calendrier, un jour intercalaire tous les quatre ans : le 29 février, les années bissextiles. Une initiative que l'on doit à Jules César sur les conseils de l'astronome grec Sosigène d'Alexandrie. C’est en 46 avant J.-C. que l'Imperator introduit ce jour intercalaire et le nouveau calendrier allant avec, baptisé calendrier Julien.

Un léger décalage de trois jours tous les 10.000 ans

Malgré cette correction, un décalage existait encore entre les années civiles qui duraient en moyenne 365,25 jours donc et l'année tropique moyenne (qui correspo[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi