Etats-Unis : un étudiant aurait tué sa mère pour toucher un héritage de 11 millions de dollars

Le meurtrier présumé risque la réclusion criminelle à perpétuité (Photo : Getty Images) (Getty Images)

Âgé de 25 ans, le suspect a plaidé coupable à l'ouverture de son procès, il y a quelques jours à New York.

Dans son délire meurtrier, il a laissé de nombreux indices qui ont facilité la tâche des policiers. Un homme âgé de 25 ans, étudiant à New York (Etats-Unis), est accusé d'avoir tué sa mère âgée de 65 ans en 2019, puis d'avoir tenté de faire disparaître le corps avec la complicité de deux amies, le tout dans le but de toucher un important héritage estimé à 11 millions de dollars (environ 11,1 millions d'euros).

Il contacte des avocats spécialisés dans les questions de succession

Comme l'explique le New York Post, les faits se seraient produits le 31 janvier 2019 dans l'appartement où vivaient la mère et son fils. Au cours d'une dispute, ce dernier aurait violemment frappé sa génitrice sur la tête et lui aurait tranché la gorge. Il aurait ensuite tenté de nettoyer l'appartement avec sa petite amie âgée de 18 ans, puis de faire disparaître le corps.

Il aurait ainsi déplacé le cadavre de sa mère jusqu'à un appartement situé dans le New Jersey, en utilisant le véhicule de cette dernière ! Il se serait cependant contenté de le mettre dans une poubelle, avec l'aide d'une autre complice. Dans les jours suivants, le fils indigne aurait accédé aux comptes bancaires de sa victime et aurait contacté des avocats spécialisés dans les questions de succession, afin de savoir comment il pouvait toucher au plus vite les 11 millions de dollars d'héritage provenant de la fortune de sa mère.

Des preuves accablantes

Alertée de la disparition de la sexagénaire par son autre fils, la police n'a cependant pas mis longtemps à remonter la piste menant au meurtrier présumé. Le 5 février 2019, soit une semaine après le meurtre, les forces de l'ordre retrouvaient ainsi le cadavre en décomposition dans la poubelle de l'appartement du New Jersey. D'autres preuves accablantes, parmi lesquels des gants en latex maculés de sang, ont par ailleurs été découverts sur les lieux du crime.

En fouillant dans l'historique internet du suspect, les policiers ont également découvert qu'il avait effectué plusieurs recherches pour savoir comment se débarrasser d'un corps ! Tous ces éléments ont évidemment conduit à la mise en examen du jeune homme, dont le procès a débuté le 16 septembre dernier. L'accusé, qui a plaidé coupable, risque une peine allant de 18 ans de prison à la réclusion criminelle à perpétuité. Le verdict devrait être rendu le 18 octobre prochain.

VIDÉO - Fait divers : un Australien tué par un kangourou et c’est une première depuis 1936