Les Etats-Unis tentent de contenir "l'épidémie de cerfs-zombies"

Aux États-Unis, l'épidémie de la maladie débilitante chronique (ou "chronic wasting disease" en anglais) poursuit sa progression conduisant les États encore épargnés à prendre des dispositions.

Des symptômes neurologiques rappelant l'attitude des zombies

Il s'agit d'une maladie à prion, "une famille de maladies causant des troubles neurodégénératifs rares" comme l'expliquent sur leur site les , des agences fédérales américaines. Elle serait donc causée par une protéine mutée nommée prion qui s'attache à d'autres protéines présentes dans le cerveau, modifiant ainsi leur conformation et entraînant la détérioration du cerveau. La maladie débilitante chronique touche différents cervidés tels que les cerfs, les rennes, les élans ou encore les wapitis (aucun cas n'a été répertorié chez l'homme ) à qui elle ne laisse aucune chance. Il n'existe pour le moment ni vaccin ni traitement pour réussir à la contenir.

Si certains animaux touchés ne montrent pas de symptômes, la plupart d'entre eux adoptent une attitude qui conduit à les appeler "cerfs zombies". "Cela peut prendre plus d'un an avant qu'un animal infecté ne développe des symptômes, qui peuvent inclure une perte de poids importante, des trébuchements, une apathie et d'autres symptômes neurologiques", expliquent . L'animal malade peut également saliver et boire de manière excessive et avoir des difficultés à courir. 

A LIRE. 

Des foyers repérés dans 24 États américains

Des foyers ont déjà été détectés aux États-Unis, au Canada, en Norvège, en Suède, en Finlande mais aussi en Corée du Sud à cause de l'importation d'animaux malades. Plus précisément, depuis août 2019, les CDC ont rapporté des cas dans . "Dans plusieurs endroits où la maladie est établie, les taux d'infection peuvent dépasser 10% (1 sur 10) et des taux d'infection localisés de plus de 25% (1 sur 4) ont été rapportés. Le taux d'infection chez certains cerfs en captivité peut être beaucoup plus élevé, avec u[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi