États-Unis : en se réveillant, elle découvre un serval sur son lit

·2 min de lecture
Notamment reconnaissable à ses grandes oreilles, le serval vit habituellement dan la savane africaine

Il y a quelques jours, une Américaine résidant à Atlanta a eu une énorme frayeur en ouvrant les yeux après une nuit de sommeil.

Un cauchemar dès le réveil. Mercredi 30 juin à Atlanta (États-Unis) vers 6h45 du matin, une femme habitant avec son mari dans un quartier résidentiel a vécu une mésaventure qu'on ne souhaite à personne, alors qu'elle sortait d'une paisible nuit de sommeil.

"J'ai senti quelque chose sauter sur mon lit, j'ai ouvert les yeux et il y avait un très gros chat là, sur le lit", raconte Kristine Frank, citée par UPI. Logiquement paniquée par la présence de cet imposant intrus, l'Américaine est sortie de la pièce en catimini et a prévenu son mari David, qui s'était levé quelques minutes plus tôt. 

Un serval aperçu dans le quartier les jours précédents

Après avoir compris que l'animal sauvage était entré par la porte qu'il avait laissé ouverte pour permettre à son chien de circuler, David Frank a alors entrepris de faire sortir l'animal en barricadant toutes les issues de la chambre à coucher, sauf une, donnant sur l'extérieur. Le félin a fini par sortir, feulant au passage en direction des propriétaires des lieux. 

Ces derniers ont rapidement contacté le Georgia Department of Natural Resources, qui leur a expliqué qu'il s'agissait très certainement d'un serval, plusieurs témoignages ayant signalé, au cours des jours précédents, la présence d'un spécimen en liberté dans le même quartier.

Un animal domestique illégal ?

Après ce nouveau signalement, l'organisme public a d'ailleurs intensifié ses recherches, qui restent pour l'heure infructueuses. "C'est difficile dans une situation urbaine comme celle-ci car il y a tellement d'endroits où se cacher, mais nous pensons qu'il reste dans une zone relativement limitée du quartier", a commenté le Lieutenant Wayne Hubbard du Georgia Department of Natural Resources.

Jusqu'ici, la raison de la présence dans un quartier résidentiel d'une grande ville américaine de ce félin originaire d'Afrique reste elle aussi inexpliquée. S'il est possible, dans l'état de Géorgie, d'obtenir un permis pour détenir ce type d'animal, l'hypothèse la plus crédible est que le serval en question faisait office, en toute illégalité, d'animal de compagnie avant de prendre la poudre d'escampette. Et donc de causer à la pauvre Kristine Frank la frayeur de sa vie...

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles