Les États-Unis réduisent leur présence militaire en Irak et en Afghanistan

Source AFP
·1 min de lecture
Les troupes américaines vont quitter les deux pays au cours des prochaines semaines. (Illustration)
Les troupes américaines vont quitter les deux pays au cours des prochaines semaines. (Illustration)

Même si Donald Trump a perdu l'élection présidentielle du 3 novembre dernier, il continue de diriger les États-Unis jusqu'au 20 janvier 2021. C'est dans ce cadre qu'il a acté la réduction progressive du nombre des troupes américaines en Afghanistan à 2 500 en janvier 2021, le plus faible contingent américain en deux décennies de guerre, a annoncé mardi le Pentagone. L'actuel occupant de la Maison-Blanche avait promis de mettre un terme aux « guerres sans fin ». Environ 2 000 militaires vont se retirer d'Afghanistan d'ici le 15 janvier, et 500 autres quitteront l'Irak pour ne laisser que 2 500 soldats dans chaque pays, a précisé le nouveau ministre de la Défense par intérim, Christopher Miller.

Le retrait interviendra alors que Donald Trump, battu à la présidentielle par le démocrate Joe Biden, cédera le pouvoir le 20 janvier. Cette décision reflète le souhait du président américain de « mettre fin avec succès et responsabilité aux guerres en Afghanistan et en Irak et de ramener nos courageux soldats à la maison », a-t-il affirmé. Depuis le lancement des offensives militaires en Afghanistan en 2001 puis en Irak deux ans plus tard, plus de 6 900 militaires américains sont morts et plus de 52 000 ont été blessés sur ces deux théâtres de guerre, selon le Pentagone. Des pourparlers de paix sont en cours entre les talibans et le gouvernement afghan, faisant suite à un accord entre Washington et les insurgés qui entérine le retrait des forces américaines d'ici mi [...] Lire la suite