Les Etats-Unis dans la Première Guerre mondiale (partie 2)

·1 min de lecture

Le 11 novembre 1918, le maréchal Foch signe, avec la délégation allemande, l’armistice au nom des Alliés, donc aussi des Américains. Dans ce nouvel épisode du podcast Europe 1 Studio "Au cœur de l'histoire", Jean des Cars revient sur la fin de la guerre et sur ses conséquences, notamment pour le président des Etats-Unis : Woodrow Wilson.  

Lorsqu’elles débarquent à Boulogne fin octobre 1917, les troupes américaines, inexpérimentées, sont aussitôt prises en charge par des instructeurs français. C’est également l’armée française qui fournit l’armement dont les hommes ont besoin, y compris l’artillerie et l’aviation. 

Commandé par le général Pershing, le Corps Expéditionnaire va comprendre, au début, cinq divisions. La 42ème, surnommée la division Arc-en-Ciel, et dont le commandant en chef est le colonel MacArthur, comprend 27 000 hommes. Contrairement aux premières recrues, grâce à leur chef, ils sont impeccablement équipés en fusils neufs, uniformes, casques, masques à gaz et véhicules de transport. Ils sont encadrés par des officiers sortis de West Point qui sont des compagnons de MacArthur. 

Ces troupes fraîches vont provoquer l’envie du général Pershing. Il manque lui-même d’hommes et de matériel pour ses propres unités, arrivées quatre mois plus tôt. MacArthur n’hésite pas une seconde. Il envoie immédiatement un télégramme au Secrétaire d'Etat américain à la guerre : "Pershing a l’intention de découper la division Rainbow pour compléter les autres. Cela revient à ruiner un...


Lire la suite sur Europe1