Etats-Unis: la petite-nièce de George Floyd blessée lors d'une attaque à l'arme à feu

·2 min de lecture
Arianna Delane.  - Capture d'écran Twitter - ABC13
Arianna Delane. - Capture d'écran Twitter - ABC13

La police de Houston a annoncé que les investigations se poursuivaient, et l'affaire, racontée notamment par The Independent, demeure bien ténébreuse ce jeudi encore. Arianna Delane, 4 ans, a été grièvement blessée samedi 1er janvier, sur les coups de 3h du matin, alors qu'elle dormait dans sa chambre. Elle a heureusement survécu grâce à une opération d'urgence.

L'âge de la victime et l'absence de résolution du dossier à ce stade soulèvent l'émotion des Etats-Unis, d'autant que l'enfant est la petite-nièce de George Floyd. Cet Afro-Américain dont la mort sous le genou du policier Derek Chauvin en mai 2020 à Minneapolis a déclenché le mouvement "Black Lives Matter". Derrick Delane, père d'Arianna, en est persuadé: l'attaque était "ciblée".

876450610001_6161440385001

Atteinte au foie, au poumon et aux côtes

Deux enfants et quatre adultes étaient présents au domicile au moment de la fusillade, tous endormis et bientôt réveillés par les coups de feu. Arianna passait la nuit comme à son habitude dans sa chambre jouxtant l'entrée de cet appartement, au deuxième étage d'un immeuble du Yellowstone Boulevard.

Les urgentistes ont réussi à la sauver mais les blessures dont elle souffre, après qu'une balle lui a traversé la poitrine, sont particulièrement sérieuses. Elle a ainsi été atteinte au foie et au poumon, et la tentative d'homicide lui a encore brisé trois côtes. Son père a fait le récit des moments qui ont immédiatement succédé à cette attaque qu'il estime ciblée, sans autre précision, auprès d'ABC13.

"Ma fille a bondi et m'a dit: 'Papa, on m'a tirée dessus!' et j'étais en état de choc jusqu'à ce que je vois le sang et que je réalise qu'on avait vraiment tiré sur ma fille", a-t-il raconté.

Une enquête ouverte

La famille d'Arianna accuse de surcroît la police d'être arrivée très tardivement sur les lieux, à 7h seulement, soit quatre heures après les faits. Un délai que Troy Finner, patron de la police de Houston, a semblé reconnaître dans un tweet publié mercredi: "Je suis conscient et troublé par le retard de notre intervention après ce drame".

L'officier a d'ailleurs révélé l'ouverture d'une enquête interne à ce propos.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles