Etats-Unis : le ministre de la Justice accusé d'avoir rencontré les Russes pendant la campagne présidentielle

franceinfo avec AFP
Etats-Unis : le ministre de la Justice accusé d'avoir rencontré les Russes pendant la campagne présidentielle

Le ministre américain de la Justice s'est-il rendu coupable de parjure ? Jeff Sessions est sous le feu des critiques, jeudi 2 mars, après des révélations du Washington Post (en anglais), selon lesquelles il a rencontré à deux reprises l'an dernier l'ambassadeur russe aux Etats-Unis.

Ces révélations jettent une nouvelle ombre sur l'administration du président Donald Trump, qui a démenti à plusieurs reprises des liens éventuels avec la Russie, accusée d'ingérence dans la campagne électorale de 2016.

La Maison Blanche confirme les rencontres

Selon le Washington Post, Jeff Sessions - ancien sénateur qui avait conseillé la campagne de Donald Trump sur la politique étrangère et d'autres questions - a rencontré l'ambassadeur Sergey Kislyak en juillet et en septembre, contrairement à ce qu'il avait déclaré sous serment devant le Sénat lors de son investiture.

Dans un communiqué, Jeff Sessions a réaffirmé qu'il n'avait "jamais rencontré un responsable russe pour discuter de la campagne" présidentielle. "Je ne sais pas à quoi se réfèrent ces allégations. Elles sont fausses", a-t-il ajouté. La Maison Blanche a, en revanche, confirmé les rencontres du ministre de la Justice, mais affirmé qu'il n'avait rien fait de mal, estimant que les révélations du Post étaient une nouvelle "attaque" des démocrates contre l'administration Trump.

Des élus démocrates ont réclamé, mercredi, que le Congrès nomme un enquêteur spécial indépendant pour faire la lumière sur une éventuelle ingérence de la Russie dans la campagne électorale de 2016. "Etant donné les déclarations fausses de Jeff Sessions sur les contacts avec les responsables russes, nous avons besoin d'un comité spécial pour enquêter sur les liens entre la (...) Lire la suite sur Francetv info

Ce contenu peut également vous intéresser :

Accusé d'avoir financé l'Etat islamique, Lafarge admet des "arrangements inacceptables avec des groupes armés" pour sécuriser sa cimenterie en Syrie
Le doute saisit les Algériens alors que le président Bouteflika fête ses 80 ans
Syrie : l'armée syrienne est entrée dans la cité antique de Palmyre
États-Unis : Donald Trump présente sa nouvelle réforme sur l'immigration au Congrès
Culture : Isabelle Saporta, auteure du livre "Du courage"