Aux Etats-Unis, des militants "draguent" les potentiels électeurs sur les applis de rencontre

1 / 2

Streaming, appels, messagerie: trois conseils pour ne pas engorger le réseau de téléphonie mobile

A l'approche du coup d'envoi de la primaire démocrate aux Etats-Unis il y a quelques semaines, Rhiannon Payne a passé beaucoup de temps sur l'application de rencontre Bumble: pas pour trouver un copain, mais pour faire campagne pour sa candidate, Elizabeth Warren.

Originaire de San Francisco, cette consultante en communication numérique de 28 ans en a eu l'idée un soir, seule dans sa chambre d'hôtel.

"J'étais crevée et faisais défiler les profils sur Bumble pour passer le temps. Et j'ai réalisé que tous ces gars étaient des électeurs potentiels", raconte-t-elle.  

La jeune femme aux cheveux rouge se décrit avec humour dans sa présentation comme la "chienne" ("bad bitch") de Elizabeth Warren, sénatrice candidate à l'investiture démocrate pour la présidentielle de novembre. Rhiannon Payne dit avoir décliné quelques demandes de rencard, mais que les garçons avec lesquels elle a engagé la conversation ont été dans l'ensemble "polis et réceptifs".

Une technique déjà utilisée il y a quatre ans

Ce n'est pas la première fois que les applications de rencontre sont utilisées aux Etats-Unis afin de mener campagne, notamment auprès des jeunes. Deux femmes s'étaient déjà fait remarquer il y a quatre ans pour avoir encouragé sur leur compte Tinder à voter pour Bernie Sanders dans la course à l'investiture démocrate.

L'enseignante de l'université canadienne Concordia, Stefanie Duguay, qui s'est penchée sur le sujet, estime que...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi