Etats-Unis : maltraitée par ses grands-parents, une fillette était enfermée des heures dans une cage pour chien

·2 min de lecture
La petite fille affirme avoir été enfermée à plusieurs reprises dans une cage par ses tuteurs légaux

Un couple d’Américains originaires de l’Oklahoma a été arrêté ce lundi pour des graves faits de maltraitance à l’encontre d’une petite fille de 5 ans dont ils avaient la garde.

Le cauchemar a duré pendant plusieurs semaines. Dans l’Oklahoma (Etats-Unis), une fillette de 5 ans a été remise aux services sociaux après un signalement au sujet de ses grands parents adoptifs. Selon les premiers éléments de l’enquête, l’enfant aurait été forcée de vivre dans des conditions inhumaines par ses tuteurs légaux.

VIDÉO >> Le Parc Astérix ferme son delphinarium, avant un débat sur la maltraitance animale

Reprenant des informations de Crimeonline, CNews rapporte ainsi que l’alerte a été donnée suite au passage à l’hôpital d’une femme manifestement ivre, flanquée d’une petite fille. Après les avoir identifiés, les policiers se sont rendus au domicile de l’adulte, une certaine Mary DeRonda, âgée de 59 ans.

Un domicile envahi par les immondices

Sur place, dans la maison qu’elle partage avec son mari Charles, âgé de 63 ans, les forces de l’ordre ont découvert un habitat jonché d’immondices, sans aucun doute inadaptées pour élever une petite fille. Cette dernière fut d’ailleurs immédiatement confiée à un assistant social, qui l’a décrite comme “extrêmement sale, puante et négligée”.

Eloignée de ses tuteurs légaux, la fillette s’est cependant progressivement mise à parler, et à dévoiler les horribles conditions dans lesquelles elle était forcée de vivre depuis plusieurs semaines. L’enfant expliqua ainsi que son grand-père adoptif l’avait privée de nourriture et lui avait interdit de se laver pendant plusieurs jours.

Enfermée dans une cage pour chien en guise de punition

La fillette traumatisée évoqua également une cage en ferraille dans laquelle ses tuteurs tortionnaires avaient l’habitude de l’enfermer. “Elle a indiqué la taille de la cage, en adoptant une position fœtale, en disant que lorsqu'elle était dans la cage, elle ne pouvait pas bouger et que parfois ils y mettaient un chien avec elle”, détaille un rapport de police cité par CNews.

Selon le témoignage de la jeune victime, cette cage constituait une punition lorsque ses grands-parents adoptifs n’appréciaient pas son comportement. En attendant les conclusions de l’enquête, les terrifiantes déclarations de la malheureuse enfant semblent corroborées par la découverte par les policiers d’une “caisse pour chien en fil de fer” dans la maison des grands parents adoptifs. Les policiers ont même retrouvé des cheveux à l’intérieur de la cage, qui vont être testés pour voir s’ils appartenaient à la fillette.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :