Aux Etats-Unis, l'inflation accélère encore en juin à 9,1% sur un an

Le drapeau des USA - ICON
Le drapeau des USA - ICON

Pas de répit. Aux Etats-Unis, l'inflation accélère encore en juin à 9,1% sur un an et à 1,3% sur un mois selon l'indice CPI. C'est plus que les anticipations des marchés qui tablaient sur +8,8%. Et c'est encore un record historique depuis 1981.

L'inflation avait déjà atteint en mai un plus haut en quatre décennies, à 8,6% sur un an et 1,0% sur un mois.

La hausse des prix concerne tous les secteurs, précise le département du Travail dans un communiqué, les plus gros contributeurs étant les indices du logement, de l'essence et de la nourriture.

Les prix de l'énergie ont augmenté de 41,6% sur un an, enregistrant leur plus forte hausse depuis avril 1980.

+41% pour l'énergie, +10% pour l'alimentation

Quant aux prix alimentaires, ils ont connu leur plus forte progression depuis février 1981, augmentant de 10,4% sur un an.

Selon l'Agence américaine de l'énergie (EIA), le prix moyen de l'essence aux Etats-Unis a dépassé le mois dernier les 5 dollars le gallon (environ 3,8 litres), du jamais-vu dans le pays.

Parmi les rares biens ou services à avoir reculé figurent les locations de vacances et les billets d'avion.

L'indice des prix de base qui exclut ceux de l'énergie et des produits alimentaires, a augmenté de 0,7% sur un mois après +0,6% en mai, et sur un an, sa progression ressort à 5,9% après +6,0% en mai.

Cette progression de grande ampleur pourrait inciter la banque centrale américaine à relever davantage ses taux directeurs après les avoir déjà rehaussés de trois quarts de points de pourcentage en juin, sa plus forte augmentation depuis 1994.

Cette porte ouverte vers une politique monétaire encore plus stricte aux Etats-Unis a fait plonger l'euro sous le seuil symbolique d'un dollar, qui n'avait plus été franchi depuis décembre 2002.

Pour Joe Biden, ces chiffres de l'inflation sont "trop élevés" mais sont aussi "obsolètes" car ne ils ne reflètent pas encore la décrue du prix de l'essence.

"Les données d'aujourd'hui ne reflètent pas la pleine mesure de près de 30 jours de baisse des prix de l'essence", assure le président américain, dont la cote de popularité est durement affectée par l'inflation.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles