Etats-Unis : «Joe Biden va impulser des changements structurels»

·2 min de lecture

Invasion du Capitole, contestations de Donald Trump... les tensions ont entaché l'éléction de Joe Biden à la tête des Etats-Unis. Les premières mesures du nouveau président américain sont attendues aussi bien par ses partisans que par ses adversaires. Confronté à une économie américaine touchée par la crise sanitaire, pourra-t-il mener à bien son plan de relance ? Celui-ci sera-t-il suffisant ? Florence Pisani, directrice de la recherche économique à Candriam (société de gestion d’actifs) et coauteure avec Anton Brender de «L’Economie américaine» (Ed. La Découverte, 2018), fait le point sur la situation américaine.

Capital : Dans quel état Donald Trump laisse-t-il l’économie américaine à Joe Biden ? A-t-il rendu les Etats-Unis «great again», comme il l'avait promis ?

Florence Pisani : Si l’on veut faire un bilan honnête de la présidence de Donald Trump, il faut s’arrêter avant la crise sanitaire, fin 2019. Les performances de l’économie américaine étaient alors bonnes, avec un taux de pauvreté en forte baisse et une progression rapide du revenu médian. Mais ces résultats ne doivent pas grand-chose aux réformes menées par Trump, ils tiennent avant tout à la politique ultra-accommodante de la Réserve fédérale, qui a favorisé une lente montée en pression de l’économie : l’économie s’approchant du plein-emploi, les salaires sont montés…

La grande réforme fiscale de Donald Trump, qui a baissé les impôts des plus aisés et des entreprises, a eu peu d’effets. Les ménages ont épargné l’essentiel des baisses d’impôts, et nous n’avons pas non plus assisté à un rebond spectaculaire de l’investissement productif. Les entreprises ont utilisé l’essentiel des baisses d’impôts pour verser plus de dividendes ou racheter leurs actions. Fin 2019, la croissance américaine était proche de 2%, loin des 4% «et même bien plus» promis pendant la campagne électorale. La réforme fiscale ne s’est pas non plus autofinancée comme Donald Trump l’avait aussi promis. Sur les trois premières années de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Galileo : l’UE veut accélérer le calendrier des nouveaux satellites
Le coût faramineux des travaux pour les fontaines parisiennes
La baisse des salaires, une obligation pour le football français ?
États-Unis : des manifestants du Capitole virés après avoir été repérés sur les réseaux sociaux
Des grands patrons japonais accusés de trafic de vaccins