Aux États-Unis, un homme meurt après une infection cérébrale déclenchée par une piqûre de tique

·2 min de lecture
Le virus Powassan est transmis a l'Homme par les tiques infectées (Getty Images/iStockphoto) (Getty Images/iStockphoto)

Les tiques infectées peuvent transmettre aux Hommes le virus de Powassan. Une maladie potentiellement mortelle.

Dans l’État du Maine, aux États-Unis, un homme a été victime d’un terrible accident. Suite à une morsure de tique, il a contracté une infection virale très rare appelée virus de Powassan - du nom de la ville où il a été détecté pour la première fois en 1958. Ce cas a été rapporté par le Centre de contrôle et de prévention des maladies du Maine.

Après cette piqûre, le patient a développé des symptômes neurologiques. Depuis 2010, 14 cas ont été rapportés dans cet Etat. Et seulement 25 cas sont recensés chaque année aux Etats-Unis. Ce virus, du genre Flavivirus, est transmis à l’Homme par des tiques infectées. La transmission se fait davantage entre les mois de juin et de septembre.

Généralement, l’inflammation du cerveau se manifeste après une période d’incubation de 7 à 14 jours. L’infection se manifeste par de la fièvre, des convulsions, des vomissements, une confusion, des maux de tête, perte de mémoire etc. Actuellement, il n’existe aucun vaccin pour se protéger contre ce virus ni traitement pour en guérir.

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Attention, la maladie de Lyme est un véritable danger"

Des mesures de prévention

Ce patient, dont l'identité reste anonyme, aurait souffert de graves symptômes neurologiques à la suite de son infection. Il se trouvait à l'hôpital quand il est décédé. Les Centers for Disease Control and Prevention rapportent qu'une majorité de personnes infectées par le virus sont asymptomatiques.

Les experts de santé mettent en garde les vacanciers et les résidents de cette zone géographique et recommandent une attention particulière dans les zones où les tiques pourraient être présentes. Pour éviter de se faire piquer, il est conseillé de porter des vêtements couvrants, de marcher au centre des sentiers et pas collés aux herbes hautes, d'utiliser un répulsif et de vérifier régulièrement l'absence de tique sur son corps.

VIDÉO - "Les médecins me disaient d'arrêter de me plaindre" : après huit ans de calvaire, Laura, atteinte de la maladie de Lyme, raconte son enfer

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles