Aux Etats-Unis, une explosion du nombre d'enfants ingérant par erreur un produit au cannabis

GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP - Ethan Miller

Le nombre de jeunes enfants ayant accidentellement ingéré des produits comestibles au cannabis a considérablement augmenté ces dernières années aux Etats-Unis, où le cannabis à usage récréatif est devenu légal dans un nombre croissant d'Etats américains.

En 2017, un peu plus de 200 enfants âgés de seulement 5 ans ou moins avaient été signalés après avoir mangé un produit au cannabis, contre plus de 3.050 cas pour l'année 2021, selon une étude publiée mardi dans la revue scientifique Pediatrics. Soit une augmentation de plus de 1.300%. Aussi appelés "edibles", ces produits se présentent souvent sous la forme de bonbons, produits chocolatés ou biscuits attrayants pour les enfants.

18 Etats américains permettent un usage récréatif du cannabis aux adultes

Ces travaux, qui se fondent sur une base de données nationale, plaident pour davantage de prévention sur le sujet auprès des parents, ainsi que pour des règles d'emballage plus strictes pour ces produits. Si aucun décès n'a été recensé sur la période de cinq ans étudiée (environ 7.000 cas en tout), ces accidents peuvent se révéler dangereux chez les tout-petits, à cause notamment d'un dosage très élevé pour leur faible poids.

L'âge médian des enfants concernés était de 3 ans. Environ un quart des enfants ont dû être admis à l'hôpital, dont 8% en soins intensifs. Parmi les symptômes provoqués figuraient notamment une dépression du système nerveux central (dont coma), de la tachycardie (battements du coeur anormalement rapides), ou encore des vomissements. Les enfants étaient notamment soignés par l'administration de fluides par voie intraveineuse.

La pandémie de Covid-19 a eu indirectement un rôle

La hausse du nombre de ces intoxications est "considérée comme associée à l'augmentation du nombre d'Etats permettant aux adultes un usage récréatif du cannabis", indique l'étude. En 2017, seuls huit Etats américains et la capitale Washington l'autorisaient, contre 18 Etats fin mai 2022. La pandémie de Covid-19 a aussi pu jouer un rôle, les enfants étant davantage restés à la maison et ayant donc eu davantage d'occasions d'être exposés à ces produits. Plus de 90% des ingestions ont eu lieu au domicile de l'enfant, souligne l'étude.

"Idéalement, ces produits devraient être cons[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi