Etats-Unis, Europe, Australie, Grande-Bretagne, Japon: pourquoi Huawei les inquiète tant

1 / 2

Etats-Unis, Europe, Australie, Grande-Bretagne, Japon: pourquoi Huawei les inquiète tant

Le chinois Huawei se fait exclure de plusieurs pays du monde. Le groupe est accusé d'espionner les pays clients pour le compte de Pékin, mais des raisons économiques sont également en jeu. Huawei est le leader mondial des télécoms devant Nokia et Ericsson et numéro deux dans la vente des smartphones entre Samsung et Apple.

Huawei devient persona non grata dans de plus en plus de pays. Après les Etats-Unis et l'Australie, c'est au tour de la Nouvelle Zélande, de la Grande-Bretagne et du Japon de fermer la porte des marchés des télécommunications au numéro un mondial. Ce vendredi, alors que la France annonce que le groupe était le bienvenu, comme l'Allemagne, l'Europe a durci le ton. Comment est née cette défiance? 

Ce qui est reproché à Huawei

Espionnage et cybersécurité sont les deux accusations officielles contre le géant chinois des télécoms depuis une décennie, mais les choses se sont accélérées en 2018 avec une alerte des agences de renseignements américaines (CIA, FBI et NSA). En février dernier, elles ont fait part de leur crainte que les Américains soit espionnés via leur smartphone Huawei. Selon ces services, le groupe est une antenne des services de renseignements chinois chargé d’espionner les réseaux, mais aussi capable de mener des cyberattaques. Aucune preuve n’a été apportée pour étayer ces accusations. Huawei, mais aussi le gouvernement chinois, ont toujours démenti ces charges. La défiance repose principalement sur Ren Zhengfei, fondateur de Huawei, qui avant de travailler dans les télécommunications, était officier pour l’Armée Populaire de Libération (APL) où il a travaillé dans une unité technologique.

En janvier, les opérateurs télécoms américains (AT&T et...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi