États-Unis : atteinte du Covid-19, elle se réveille miraculeusement de son coma de 40 jours

·2 min de lecture
Aux Etats-Unis, une mère de 4 enfants touchée par le Covid-19 s'est miraculeusement réveillée d'un coma de 40 jours la veille du Nouvel An.

Un "miracle" s'est produit en Géorgie (USA), juste avant la fin de l'année 2020. Atteinte du Covid-19, Lisa, 49 ans, s'est réveillée de son coma de 40 jours, alors que sa famille s'apprêtait à lui dire "adieu".

Lisa Martin, 49 ans, est une miraculée. Gravement touchée par le Covid-19, cette mère de 4 enfants a passé 59 jours sous respirateur au centre hospitalier Memorial Satilla Health de Waycross, puis 40 jours dans un coma artificiel. Et pourtant, alors que ses chances de survie étaient minces et au moment où sa famille, désespérée, s'apprêtait à lui dire "adieu", elle s'est finalement réveillée.

Lisa Martin a ainsi pu quitter le Memorial Satilla Health la veille du Nouvel An, après trois mois de traitements intensifs pour vaincre le Covid-19. Hospitalisée depuis fin septembre, la mère de famille a dès sa sortie été envoyée dans d'autres centres de soins pour démarrer sa rééducation.

Réapprendre à "marcher, parler, avaler, manger"

Son rétablissement a consisté à réapprendre à "marcher, parler, avaler, manger", a-t-elle déclaré. "Je dois être sous oxygène 24 heures sur 24, et je dois marcher avec un déambulateur ou un fauteuil roulant sur de longues distances, a-t-elle également détaillé. Mais les médecins pensent que je devrais me rétablir complètement".

"Dieu avait d'autres plans"

Selon un communiqué publié par le Memorial Satilla Health, face aux chances de survie extrêmement faibles de Lisa Martin, le personnel médical avait demandé fin décembre à sa famille de prendre une décision terrible : arrêter ou non l'utilisation de son respirateur. La famille avait ainsi choisi d'attendre 11 jours pour se mettre d'accord et livrer son choix.

"Mais Dieu avait d'autres plans. Le onzième jour, Lisa a cessé de prendre les sédatifs et elle a bougé sa main", a déclaré l'hôpital, qui considère la quadragénaire comme étant "une patiente miracle".