Etats-Unis: un conseiller controversé de Trump sur la pandémie démissionne

Ambre Lepoivre avec AFP
·2 min de lecture
Le Dr. Scott Atlas, le 12 octobre 2020. - NICHOLAS KAMM / AFP
Le Dr. Scott Atlas, le 12 octobre 2020. - NICHOLAS KAMM / AFP

Le docteur Scott Atlas, membre très controversé de la cellule de crise de la Maison Blanche sur le coronavirus mise en place par le président Donald Trump, a annoncé lundi avoir donné sa démission.

"J'écris ces lignes afin de démissionner de mon poste de conseiller spécial auprès du président des Etats-Unis", peut-on lire dans la lettre du Dr Atlas datée du mardi 1er décembre, publiée sur son compte Twitter et qui avait fuité dans la presse américaine.

"Aider les Américains à traverser cette pandémie"

Engagé en août au sein de la cellule de crise de la Maison Blanche contre le coronavirus, le contrat du spécialiste en neuroradiologie de 65 ans arrivait à expiration cette semaine, selon Fox News.

"J'ai travaillé dur avec un seul objectif: sauver des vies et aider les Américains à traverser cette pandémie", a écrit le Dr Atlas, ajoutant s'être "toujours basé sur les dernières informations et preuves scientifiques, sans aucune considération politique ou influence".

Scott Atlas était cependant très contesté par la communauté scientifique et de nombreux experts en santé publique notamment pour ses prises de positions contre les mesures de confinement et le port du masque.

"Les masques fonctionnent? NON" avait-il tweeté en octobre avant que le réseau social ne bloque sa publication.

Appel à protester contre le confinement

Le médecin avait aussi affirmé que les mesures de confinement prolongées étaient "très dommageables" pour les Américains, exhortant en novembre aux habitants du Michigan, où le virus a fait plus de 9500 morts, à "protester" contre de telles mesures.

Pays le plus endeuillé au monde par la pandémie, les Etats-Unis qui connaissent actuellement une nouvelle flambée des contaminations, ont enregistré plus de 267.000 morts et plus de 13,5 millions infections au Covid-19, selon le comptage de l'université Johns Hopkins qui fait référence.

Article original publié sur BFMTV.com