Etats-Unis : les "Boogaloo Boys", ces militants extrémistes qui appellent à la guerre civile

·1 min de lecture

Boogaloo! Le mot prête à sourire, à faire peur aux enfants dans le noir avant d'aller au lit. D'ailleurs, au début de leur existence, les Boogaloo Boys (ou "Boogaloo Bois") avaient encore le sens de l'humour. Un peu potache, cool, des chemises hawaïennes, avec un tropisme pour les détournements de sigles, un penchant pour la désobéissance. C'était du "Boogaloo bouh", le Boogaloo du loup-garou, on vous fait peur mais on rigole. Et puis tout a basculé. Plus rien de comique chez les Boogaloo. On s'est rendu compte que les petits gars avaient bel et bien quelque chose à dire. Que l'utilisation des armes à feu faisait partie intégrante de leur panoplie. Que leur objectif, c'était la guerre civile.

Lire aussi - Alors que les réseaux sociaux durcissent le ton, Trump et son équipe adaptent leur stratégie de campagne

Au point que le réseau Facebook a dû se pencher sur leur cas. Et justement, c'est là que tout a commencé. Sous forme de "mème" comme les appellent les internautes. Des éléments ou phénomènes repris en masse sur Internet, comme des sigles, des images, des répliques mythiques qui créent un buzz d'enfer. Le terme provient du forum anonyme 4chan né en 2003 et qui, faute de modérateur à l'époque, laisse la place à tout un tas de zinzins plus ou moins drôles et souvent racistes ou homophobes.

Un mouvement lancé en 2018 par des activistes pro-armes

Le mot correspond à une blague quasi intraduisible faisant référence à un film de break-dance des années 1980, Breakin'2 : Electric B...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles