États-Unis: ces anti-Trump devenus des parias au Parti républicain

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Avec le début des auditions publiques de la commission d’enquête sur l’assaut du Capitole, les projecteurs seront de nouveau braqués sur les quelques élus républicains qui, à l’époque, avaient voté en faveur d’une procédure d’« impeachement » contre le président Donald Trump, accusé d’incitation à la violence.

Ils étaient dix (sur 211 républicains de la Chambre des représentants) à se dresser publiquement contre l’ancien président, six se représentent à nouveau lors des élections de mi-mandat et, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont dû payer un lourd tribut politique pour leur comportement.

Menaces de mort, accusations de trahison et mise à l’écart au sein du Parti républicain, les six élus dissidents sont devenus des parias à Washington et dans leurs circonscriptions. À une exception près, ils sont tous confrontés à des challengers, soutenus par Donald Trump lors des primaires républicaines. C’est le cas de Peter Meijer dans le Michigan. Le jeune élu a dû s’acheter un gilet pare-balles après avoir reçu de nombreuses menaces de mort.

Harcèlement, menaces

Une autre élue conservatrice a osé affronter le président au nom des principes démocratiques : Jaime Herrera Beutler. Elle a fait objet d’une motion de censure et ses opposants ont longuement manifesté devant sa permanence électorale. Sans parler du fait qu’elle a même reçu des menaces d’une collègue au Congrès, la députée d’extrême droite Marjorie Taylor Greene.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles