États-Unis : il laisse un ami déposer des affaires dans sa cave, on y découvre le corps d'une jeune femme 2 ans plus tard

·1 min de lecture
La police de Norman, en Oklahoma, enquête sur la mort d'une jeune femme dont le corps décomposé a été retrouvé dans un sous-sol près du campus de l'Université d'Oklahoma.

Le corps était enveloppé dans de nombreuses couches d'un plastique épais.

"Nous avons su que quelque chose n'allait pas quand Maggie a cessé d'appeler ma mère", a déclaré sa sœur Taylor Hearon à la chaîne américaine Local news 9. Margarita “Maggie” Sandoval, avait 19 ans quand elle a disparu de son campus universitaire en Oklahoma en 2018.

En mai dernier, la police reçoit une information, l'invitant à effectuer des recherches dans une maison pour y trouver un cadavre. Dans la cave, ils trouvent une boîte noire. Selon un rapport de police, le corps était "enveloppé dans de nombreuses couches d'un plastique épais, peut-être 20-30 couches".

Une affaire familiale

Quand ils ouvrent la boîte, une odeur de décomposition arrive aux narines des policiers. Ils découvrent alors un corps en mauvais état, celui de la jeune fille. Le propriétaire qui a emménagé en 2019 affirme ne pas avoir été au courant de ce qu’il y avait dans cette boîte. Il aurait juste rendu service à un ami.

Cet homme à qui il rendu service est un parent de Margarita Sandoval. Il vivait à une adresse où la jeune fille recevait ses paiements de sécurité sociale dû à un handicap mental. Le mobile du meurtre serait-il de toucher cette pension ? La police n’écarte aucune piste d’autant que plusieurs membres de la famille voulaient avoir la main sur ces paiements.

Le 14 mai dernier, la police de Norman a arrêté le proche en question pour possession d’armes. L'enquête suit son cours.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles