Les États-Unis accusent le groupe Wagner de se fournir en armes auprès de la Corée du Nord

John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale rattaché au président Joe Biden, le 28 novembre 2022 à la Maison Blanche. - Jim Watson
John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale rattaché au président Joe Biden, le 28 novembre 2022 à la Maison Blanche. - Jim Watson

Les États-Unis ont désigné vendredi le groupe paramilitaire russe Wagner comme une organisation criminelle internationale, dénonçant ses abus commis en Ukraine, son recours aux armes livrées par la Corée du Nord et son recrutement massif de détenus.

"Wagner est une organisation criminelle qui commet de vastes atrocités et abus de droits humains", a déclaré à la presse le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby.

Des images satellites de novembre diffusées

John Kirby a notamment montré à la presse des images satellites prises par le renseignement américain de supposés wagons russes quittant la Russie à destination de Corée du Nord puis revenant sur le territoire russe avec des équipements militaires, dont des roquettes pour le groupe Wagner en Ukraine.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Les images ont été prises les 18 et 19 novembre, a-t-il précisé, en ajoutant que les États-Unis avaient transmis ces informations au Conseil de sécurité de l'ONU dans le cadre des sanctions visant Pyongyang.

50.000 soldats de Wagner en Ukraine dont 40.000 prisonniers

John Kirby a de surcroît chiffré les effectifs de Wagner, et la part des soldats recrutés en prison dans ses effectifs.

"Nous continuons de considérer que le groupe Wagner dispose actuellement de quelque 50.000 personnes déployées en Ukraine dont 10.000 mercenaires et 40.000 prisonniers" à tel point que cela suscite les "réserves" du ministère russe de la Défense sur ses "méthodes de recrutement", a-t-il dit.

De nouvelles sanctions à venir contre la milice

Le responsable a annoncé que Washington prendrait d'autres sanctions prochainement contre le groupe Wagner, dans la foulée de la désignation vendredi du groupe comme organisation criminelle à l'image de la Mafia ou d'autres organisations liées au crime organisé, comme les yakuzas.

"Nous travaillerons sans relâche pour identifier, exposer et viser tous ceux qui assistent Wagner", a encore affirmé John Kirby.

Le groupe Wagner, un outil à la main de son chef

Selon Washington, le groupe monte en puissance et rivalise désormais avec les forces russes. "Nous avons des informations des services de renseignement selon lesquelles les tensions entre Wagner et le ministère de la Défense s'aggravent", a-t-il souligné.

"Wagner devient un centre de pouvoir rivalisant avec l'armée russe et d'autres ministères russes", a indiqué le responsable américain pour qui "Prigojine (Evguény Prigojine, le patron de Wagner, NDLR) avance ses propres intérêts en Ukraine". "Wagner prend des décisions militaires sur la base globalement de ce qu'elles généreront de favorables pour lui notamment en termes de publicité", a-t-il ajouté.

Les divisions entre l'armée russe et le groupe Wagner, relevées par de nombreux observateurs, ont éclaté au grand jour lors de la bataille pour la petite ville de Soledar, dans l'Est de l'Ukraine. Lorsque Evgunéy Prigojine a revendiqué la prise de Soledar, il a rapidement été contredit par le ministère russe de la Défense, qui a lui-même annoncé la prise de la ville deux jours plus tard, ce que Kiev a démenti.

Le Kremlin a cependant nié lundi toute tension entre l'armée russe et le groupe paramilitaire, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, parlant de "manipulation".

Article original publié sur BFMTV.com