Etats-Unis : 10 millions de dollars offerts pour des informations sur les cybercriminels

·1 min de lecture

CYBERSECURITE - L’objectif de l’administration Biden est de lutter plus efficacement contre les cyberattaques qui déstabilisent les infrastructures et les entreprises américaines

En 2020, les ransomwares ont permis aux cybercriminels d’extorquer plus de 350 millions de dollars aux administrations publiques et entreprises visées par ces attaques, selon le département d’État américain. Des pertes énormes pour les victimes qui se sont retrouvées totalement déstabilisées après avoir payé leur rançon. L’augmentation du nombre d’attaques au ransomware visant les infrastructures et entreprises américaines a poussé le gouvernement de Joe Biden à prendre des mesures.

Chaque semaine, plusieurs agences américaines actives dans la lutte contre les cyberattaques vont en effet rendre des recommandations au président américain, afin de prendre des mesures défensives et offensives contre les groupes de hackers particulièrement actifs et dangereux qui travaillent pour des gouvernements étrangers.

Une logique qui pourrait s’avérer pernicieuse

En parallèle de cela, l’administration Biden a décidé de mettre en place un système de primes, afin d’inciter les hackers à partager des informations utiles concernant les plans et l’identité de leurs confrères. En fonction des informations données, la prime offerte pourra aller jusqu’à 10 millions de dollars (8,4 millions d’euros).

Ce système de prime vise avant tout à contrer les(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Inserm : Enquête ouverte à Paris après une attaque informatique visant une filiale
De plus en plus de risques de cyberattaques pour le système financier, alerte la Banque de France
Ransomwhere : Un inventaire en ligne des rançons payées par des victimes

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles