Etats-Unis : les élus républicains entre colère et prudence face à Donald Trump après l'envahissement du Capitole

franceinfo
·1 min de lecture

Stupeur à Washington. Après les scènes de chaos survenues au sein du Capitole, mercredi 6 janvier, de nombreux responsables républicains sont montés au créneau pour dénoncer les violences commises aux abords puis dans l'un des lieux sacrés de la démocratie américaine. "Ce qu'il s'est passé là était une insurrection, provoquée par le président des Etats-Unis", a notamment affirmé Mitt Romney, ex-candidat républicain à l'élection présidentielle (en 2012), pour lequel l'intrusion de manifestants pro-Trump est la goutte de trop. Le sénateur de l'Utah a pointé du doigt tous "ceux qui soutiennent le dangereux pari" de Donald Trump de contester "une élection légitime et démocratique". Dans son texte, il les juge "complices d'une attaque sans précédent contre notre démocratie".

Mitt Romney semble d'ailleurs à peine surpris par la tournure des événements. Alors que des membres du Congrès et du personnel partaient se réfugier sur le toit du bâtiment, il s'en est même pris à certains de ses collègues, racontent Vanity Fair (en anglais) et d'autres médias américains. "C'est tout ce que vous avez gagné", leur a-t-il (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi