Désarmement d'ETA : le parquet antiterroriste a ouvert une enquête

Libération.fr
Des armes d'ETA saisies en 2010, avant l'arrêt de la lutte armée.

L’organisation séparatiste basque espagnole ETA a remis aux autorités françaises une liste de caches d’armes. Des «dizaines d’armes» et «plusieurs centaines de kg d’explosifs» ont déjà été découverts, le parquet antiterroriste a ouvert une enquête.

La fin d’un conflit vieux de cinquante ans ? L’organisation a fourni ce samedi une première liste faisant état de 12 caches d’armes et d’explosifs, ramenée ensuite à huit. Elles constitueraient ce qu’il reste de l’arsenal d’ETA et sont situées dans le département des Pyrénées-Atlantiques, frontalier de l’Espagne, indique-t-on de sources proches du dossier.

Des «dizaines d’armes» et «plusieurs centaines de kg d’explosifs» ont déjà été découverts, annonce le parquet de Paris.

Dans un courrier publié jeudi 6 avril peu avant minuit par la BBC et plusieurs médias basques l’organisation séparatiste basque Euskadi Ta Askatasuna (ETA, «Pays basque et liberté» en basque) a annoncé la remise totale de son arsenal à la justice, samedi 8 avril à Bayonne, dans les Pyrénées-Atlantiques. Ce désarmement est organisé sous l’égide des «artisans de la paix», un collectif d’élus LR, PS, UDI, d’écologistes basques et de militants associatifs issus de la société civile basque.

Plusieurs centaines d’armes et d’explosifs

C’est le dernier acte d’un processus initié par ETA avec l’abandon définitif de la lutte armée annoncée en octobre 2011. A l’inverse des précédentes tentatives, ce désarmement n’est soumis à aucune négociation sur le statut des prisonniers basques incarcérés dans les prisons espagnoles et françaises.

Rien n’a filtré sur les modalités de remise de son arsenal. Il comprendrait plusieurs centaines d’armes et de kilos d’explosifs disséminés dans les «zulos» («caches») dont certains sont connus et surveillés par les polices françaises et espagnoles. Seule certitude : vendredi, le responsable du mouvement écologiste basque Bizi!, Txetx Etcheverry, a confirmé à l’AFP qu'ETA «a remis les armes à la société civile» et qu'«elles sont (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Marine Le Pen flatte l’identité corse mais voit son meeting perturbé par des nationalistes
Marine Le Pen en Corse, entre drague et baston
«Les candidats hors primaires bousculeront le jeu», selon Dupont-Aignan
Gestion de l’ex-Poitou-Charentes: l’opposition régionale veut saisir la justice
Présidentielle: la campagne officielle du 1er tour débute lundi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages