Publicité

Estrosi et Ciotti outrés par une référence du rappeur Freeze Corleone à l’attentat de Nice

Freeze Corleone fait à nouveau parler de lui. Plusieurs fois accusé d'antisémitisme, le rappeur franco-sénégalais est apparu dans un morceau intitulé Haaland avec son homologue allemand Luciano. Cette fois-ci, il s'est attiré les foudres de Christian Estrosi, maire de Nice, en raison d'une référence à l'attentat de Nice. « En défense j’suis Kalidou, t’es Lenglet. Burberry comme un grand-père anglais. J’arrive dans l’rap comme un camion qui bombarde à fond sur la… ». Bien qu'il ne termine pas sa phrase, les mots précédents riment avec « promenade des Anglais » et laissent sous-entendre qu'il fait allusion au drame qui s'est produit le 14 juillet 2016.

L'édile de Nice s'est exprimé sur son compte Threads. Il a qualifié la chanson de Freeze Corleone « d'infâme » et espère que la justice condamnera ce morceau. Christian Estrosi a également annoncé déposer une plainte « au nom du respect des victimes et de leurs familles ».

À lire aussi Christian Estrosi au JDD : « L’investissement, c’est l’assurance-vie de demain »

Un autre homme politique a réagi aux propos de Freeze Corleone. Éric Ciotti, député des Alpes-Maritimes et patron des Républicains, a fustigé les paroles du rappeur sur son compte X. « Une nouvelle étape vers l’infâme a été franchie par le rappeur Freeze Corleone. (...) 86 anges ont été fauchés par un barbare islamiste », a-t-il écrit. Ce dernier souhaite que le rappeur soit poursuivi pour apologie du terrorisme.


Lire la suite sur LeJDD