Esther, le personnage du dessinateur Riad Sattouf a 16 ans : photographie réussie d’une génération

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© JOEL SAGET / AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Comme il existe des docufictions, Riad Sattouf dessine des « docu-BD », des histoires inspirées de vies réelles : la sienne dans la série L’Arabe du futur et celle d’une jeune fille dans Les Cahiers ­d’Esther. Deux enfances aux ­antipodes l’une de l’autre, celle de Riad Sattouf très mouvementée avec en point d’orgue l’enlèvement de son petit frère, et celle d’Esther, beaucoup plus calme, ce qui ne veut pas dire ennuyeuse. Car on rit beaucoup en suivant ses états d’âme et ses humeurs.

Lire aussi - Festival de la bande dessinée d’Angoulême : de Riad Sattouf à Rutu Modan, nos 7 albums coups de cœur

Tout a débuté en 2014 par un simple dîner entre amis, un couple venu chez Riad Sattouf avec leur fille de 9 ans. Riad Sattouf, qui est probablement resté un grand enfant, s’est tout de suite senti de connivence avec elle. Et l’idée d’une page hebdomadaire dans L’Obs, magazine où s’était illustrée Claire Bretécher avec Les Frustrés, est née. La première planche paraît en 2015. Chaque semaine, les deux larrons se fixent un ­rendez-vous sur WhatsApp, durant lequel « Esther » (c’est un pseudonyme) raconte sa semaine. Si elle se sent en panne d’inspiration, le dessinateur lui pose des questions, et comme elle n’a pas la langue dans sa poche, elle rebondit.

La photo d’une génération

Cette série est bourrée d’humour, certes, mais elle est aussi la véritable photographie d’une certaine génération. On fait la connaissance d’Esther à 10 ans, et son plus gros souci d’alors est d’obtenir un iP...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles