Esther Duflo prix Nobel d'économie: ce qu'il faut savoir pour comprendre son succès

Annabel Benhaiem
Esther Duflo,Prix Nobel d'économie en 2019, économiste de renommée mondiale, médaille de l'innovation en 2011 et médaille de bronze du CNRS en 2005.

ÉCONOMIE - 47 ans sous peu, elle est le plus jeune prix Nobel d’Économie. Esther Duflo est aussi la deuxième femme lauréate dans cette catégorie, après l’Américaine Elinor Ostrom qui ouvrait la marche en 2009.

Je suis très honorée. Pour être honnête, je ne pensais pas qu’il était possible de gagner le Nobel aussi jeune”, a-t-elle déclaré quelques instants après sa nomination. Voici un exemple très parlant de ce qu’est Esther Duflo: un mélange d’incrédulité et de spontanéité, qualités précieuses pour une vie réussie.

Comment cette Française discrète, peu connue du grand public, mue par un désir profond d’améliorer le quotidien des populations pauvres, a-t-elle réussi à se hisser parmi les plus grands acteurs du monde contemporain?

Quels principes ont façonné sa vie, de manière à lui permettre de s’accomplir au plus haut niveau, sans trahir les valeurs de son éducation classique? 

Émergent quatre points saillants chez cette économiste du développement, riches d’enseignement.

 1 - Une modestie toute protestante

Les origines protestantes d’Esther Duflo ont bel et bien influencé son travail. Elle le dit elle-même dans ses interviews. “J’ai toujours été consciente du gouffre qu’il y avait entre mon existence et celle des plus pauvres du monde”, confie-t-elle à L’Express en janvier 2011. “Enfant, j’étais extrêmement troublée par le hasard extraordinaire qui m’avait valu de naître à Paris, dans une famille de la classe moyenne intellectuelle, alors que j’aurais pu voir le jour au Tchad. C’est une question de chance. Il en découle une responsabilité.”

De cette éducation tournée vers les autres, avec une mère pédiatre qui participe à des missions humanitaires, et un père mathématicien, membre de l’Académie des Sciences, Esther s’est inscrite dans un juste milieu étonnamment symétrique, puisque son métier consiste à trouver des équations pour tirer d’ennui les populations pauvres. 

Modeste, l’économiste l’a prouvé lorsqu’il s’est agi de conseiller Barack Obama au début de son...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post