Estelle Denis : "J'adore vider des poissons"

·1 min de lecture

"J'ai deux passions, et c'est terrifiant : vider les poissons et découper le homard." Invitée de La Table des bons vivants, samedi sur Europe 1, la journaliste sportive Estelle Denis a partagé sa vision d'une cuisine où l'on a "les mains sales", héritée de son père, qui cuisinait pour sa famille lorsqu'elle était enfant.

>> Découvrez notre newsletter gastronomie

Recevez tous les dimanches à 10h notre newsletter "A table !" pour exceller derrière les fourneaux avec les recettes, conseils et trucs & astuces de Laurent Mariotte, ses chroniqueurs et ses invités.

Abonnez-vous ici

"Toucher les produits, avoir les mains sales, aller les laver"

"Quand il y a un homard à découper, je vois tout le monde qui hésite et je dis : 'donnez-moi le couteau'", raconte Estelle Denis. "Moi, j'aime toucher la bouffe. C'est un vrai truc, quand on fait la cuisine, de toucher les produits, d'avoir les mains sales, d'aller les laver… Vous avez une sole, vous la videz et vous la faites meunière. J'aime ça comme ça."

Cette culture du contact avec ce que l'on prépare, la journaliste assure la tenir de son père, qui "adorait cuisiner". Médecin, il se mettait aux fourneaux le week-end. "On savait qu'on allait hyper bien manger, et c'était super important." 

>> Retrouvez La Table des bons vivants en podcast et en replay ici

"On avait, comme dans toutes les familles, le gros livre Bocuse, la référence", poursuit Estelle Denis. "Il y passait des heures, c'était du boulot. C'est ça la cuisine pour moi...


Lire la suite sur Europe1