Essonne : "Les rixes entre bandes ont augmenté à la fois en nombre, en intensité et en gravité", selon le préfet

franceinfo
·1 min de lecture

"Les rixes entre bandes ont augmenté à la fois en nombre, en intensité et en gravité", assure mercredi 24 février sur franceinfo Éric Jalon, le préfet de l’Essonne, après deux rixes meurtrières survenues ces dernières 24 heures dans son département. "En nombre, on en a recensé 91 en 2020 contre 56 l'année précédente", avec "en gravité, deux décès à l'été 2020", précise le préfet de l'Essonne. Il réunira lundi les élus locaux du département pour, dit-il, "généraliser le dispositif anti-rixe" déjà mis en place dans le département entre les forces de l'ordre, les établissements scolaires, les services sociaux et les transports publics. "Une boucle de réseau entre les acteurs concernés qui fonctionne 24 heures sur 24 et qui, dès la détection par l'un des acteurs de signaux faibles, permet aux autres de se mobiliser", explique Eric Jalon.

franceinfo : Comment décririez-vous le phénomène de bandes dans le département de l'Essonne ?

Éric Jalon : Ce sont deux drames qui sont d'une extrême gravité et je veux d'abord m'associer à la douleur des familles et à la colère que chacun peut ressentir devant la mort de deux jeunes de 14 ans. Ces rixes entre bandes ont augmenté à la fois en nombre, en intensité et en gravité. En nombre, on en a recensé 91 en 2020 contre 56 l'année précédente. En gravité, parce qu'avant ces deux décès déplorés avant-hier et hier, il y en avait eu deux à l'été 2020 à Massy et à Draveil. On est dans des phénomènes qui sont plus ou moins organisés, plus ou (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi