Essonne : au cœur des marais de la Juine, un petit paradis de la biodiversité

Dans l'Essonne, les marais de la Juine forment un chapelet d'étangs et de marais. Au total, 900 hectares de zones humides sont protégés par des bois, clairières et prairies. Au Moyen-Âge, les hommes y exploitaient la tourbe, façonnant le paysage autour des rivières Juine et Essonne. "L'ensemble des marais qui sont sur la vallée sont alimentés, pour la plupart, par des canaux qui relient les étangs à la rivière", explique Julien Daubignard, chargé du patrimoine européen (département de l'Essonne). Une partie des marais est ouverte au public, qui peut ainsi profiter des merveilles ailées de la région, comme le Martin pêcheur ou le Milan. De nombreuses espèces d'oiseaux Le territoire est hérissé d'observatoires. Les caméras de France Télévisions filment un radeau de graviers qui attire des espèces rares, comme des couples de Sterne pierregarin. Un jeune garçon quant à lui se réjouit de la présence du héron, un animal "majestueux". Des espaces plus secrets sont interdits au public, ou réservés aux visites guidées. "On a des zones qui sont un peu sanctuarisées, avec notamment les roselières, pour vraiment préserver la tranquillité et laisser les espèces se reproduire tranquillement", précise Julien Daubignard. Dans le marais de Misery, la vue est imprenable sur une colonie de Cormorans, depuis la tour de la petite prairie. Dans le ciel, des Milans noirs dessinent des arabesques. Depuis peu, un couple de Balbuzards, un rapace diurne, a fait son retour. La gestion des espèces dans les marais de la Juine a été récompensée par un label international.