Essonne: 5 mineurs mis en examen pour une rixe mortelle en février

·1 min de lecture
Lieu de la rixe au cours de laquelle un jeune est mort le 23 février 2021 à Boussy-Saint-Antoine. Photo prise le lendemain (AFP/Thomas COEX)

Cinq adolescents ont été mis en examen jeudi pour leur participation à une rixe ayant abouti au meurtre d'un collégien en Essonne en février dernier, a indiqué samedi le parquet d'Evry à l'AFP.

Le 23 février, un collégien de 14 ans, Toumani, avait été mortellement poignardé à Boussy-Saint-Antoine, lors d'un affrontement entre jeunes de villes rivales. Un autre adolescent de 13 ans avait été grièvement blessé.

Les participants à cette rixe mortelle étaient majoritairement originaires du quartier des Cinéastes à Epinay-sous-Sénart et celui du Vieillet à Quincy-sous-Sénart. Ces deux bandes composées d'une trentaine de jeunes s'étaient donné rendez-vous "en uniforme noir armés de couteaux, de béquilles et de bâtons", avait alors expliqué le parquet au moment des faits.

Jeudi, cinq suspects, âgés de 15 à 17 ans et originaires d'Epinay-sous-Sénart, ont été mis en examen pour "violences aggravées" et "participation à un groupement en vue de la commission de violences", a précisé le parquet d'Evry, confirmant une information d'Actu Essonne.

Ils ont été placés sous contrôle judiciaire avec, pour quatre d'entre eux, l'interdiction de se rendre dans le département de l'Essonne, situé au sud de Paris. Sept autres mineurs, interpellés mardi, ont été relâchés sans poursuite.

Côté Quincy-sous-Sénart, six mineurs âgés de 16 et 17 ans avaient également été mis en examen fin février pour des qualifications similaires.

A ce stade de l'enquête, un seul jeune est poursuivi pour meurtre et tentative de meurtre. Il s'agit d'un adolescent de 15 ans, qui s'était rendu à la police accompagné de sa mère.

clw/cb/shu

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles