Essence : la remise de 18 centimes d’euros par litre bénéficie deux fois plus aux riches

D'après une étude menée par des économistes, subventionner le carburant à hauteur de 18 centimes par litre profite surtout aux ménages les plus aisés.

C’est un coup porté à l’une des mesures phares du gouvernement pour le pouvoir d'achat. Une étude juge que la remise de 18 centimes d’euro sur le prix du carburant bénéficie surtout aux ménages aisés, loupant donc sa cible. L’exécutif s’apprête pourtant à augmenter cette aide et à la prolonger jusqu’à l’hiver. D'avril à juillet, elle aura déjà coûté environ 3 trois milliards d'euros à l'État, selon les estimations du gouvernement.

Cet avis émane du Conseil d'analyse économique (CAE), qui a pu éplucher les données bancaires du Crédit mutuel Alliance fédérale, et donc les transactions effectuées par leurs clients. Ces chiffres fournissent des indications sur les comportement des particuliers et des entreprises.

Des dépenses record consacrées à l'essence

Cet organisme, qui dépend des services de la Première ministre, et a pour mission d’éclairer les décisions économiques du gouvernement, observe que "ce sont les plus aisés qui consomment le plus d’essence".

Les 10% les plus riches ont dépensé deux fois plus d’argent en carburant que les 10% les plus pauvres au mois de juin 2022, avec un peu plus de 200 euros contre un peu plus de 100 euros. Les Français n’ont jamais autant dépensé pour faire rouler leur voiture, d’après les données fournies par le Crédit Mutuel depuis juillet 2019.

Graphique montrant l'évolution des dépenses mensuelles en essence, en euros, pour chaque décile de ménages, des 10% les plus modestes (décile 1) aux 10% les plus aisés (décile 10) (Crédits : Conseil d'Analyse Economique, note du 21 juillet 2022).
Graphique montrant l'évolution des dépenses mensuelles en essence, en euros, pour chaque décile de ménages, des 10% les plus modestes (décile 1) aux 10% les plus aisés (décile 10) (Crédits : Conseil d'Analyse Economique, note du 21 juillet 2022).

Une mesure "régressive"

Le CAE a aussi évalué que la subvention accordée par l’exécutif a été d'"environ 18,5 euros" pour les ménages les plus aisés, contre 9,5 euros pour les plus modestes. Or l’essence pèse moins fortement sur les dépenses des Français aisés, car leur budget est plus élevé. "Ces données confortent ainsi l’intuition selon laquelle la réduction du prix de 18 centimes sur le prix à la pompe est régressive", résument les quatre auteurs de cette étude, les économistes Étienne Fize, Philippe Martin et les statisticiennes Hélène Paris et Marion Rault.

Malgré ce constat, le gouvernement a proposé samedi d'augmenter cette aide, qui pourrait passer de 18 à 30 centimes par litre en septembre et en octobre, puis à 10 centimes en novembre et décembre.

Ruraux, ouvriers, employés et jeunes particulièrement touchés

Le CAE indique que certains ménages sont plus dépendants que les autres à l’essence : il s’agit de ceux dont les revenus sont inférieurs à la médiane, et qui consacrent plus de 8% de leur budget de consommation au carburant. Ce sont principalement des employés et des ouvriers, des ménages ruraux, et péri‐urbains, et des jeunes, célibataires et avec moins, voire pas d’enfants. Ce sont eux que le gouvernement devrait cibler avec des aides, a estimé sur BFMTV l'économiste Philippe Martin.

Face à la hausse des prix de l’essence, ces Français plus dépendants à l’essence n’ont toutefois pas diminué leur consommation de carburant, ils ont plutôt rogné sur d’autres dépenses, et pioché dans leur épargne. En outre, les données bancaires montrent que les Français ont anticipé cette subvention, et qu’ils ont été nombreux à attendre le mois d’avril pour faire leur plein.

VIDÉO - L'indemnité carburant pour les travailleurs arrivera en octobre

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles