Publicité

Essais nucléaires au Sahara: «Alger tente de faire pression auprès de la France» sur la dépollution des sites

Ce 13 février, c'est le 64e anniversaire du premier essai nucléaire de la France en Algérie en 1960. L'Algérie commémore cette date et a demandé officiellement à la France, en 2021, la prise en charge définitive des opérations de réhabilitation des sites de Reggane et In Ekker et l'assistance de la France pour fournir les cartes topographiques permettant de localiser les zones d'enfouissement des déchets nucléaires.

Pour l'Algérie, c'est l'un des dossiers prioritaires avant de tourner la page avec la période de la colonisation française. Jean-Marie Collin, directeur d'Ican France, la branche française de la campagne internationale pour abolir les armes nucléaires, explique, au micro d’Houda Ibrahim : « Après un long processus, après une pression de la société civile, il y a eu enfin l'obtention d'une loi dite la "loi Morin", pour reconnaître les victimes et indemniser les potentielles victimes des essais nucléaires français. Une loi qui fonctionne bon gré mal gré et qui a du mal à être connue en Algérie, mais on reconnaît les victimes. »

À lire aussiAlgérie : la loi d'indemnisation des victimes des essais nucléaires français disponible en arabe

« La question de la dépollution est quelque chose de plus nouveau »

Pour rappel, la France a procédé à dix-sept essais nucléaires dans le Sahara algérien, entre 1960 et 1966.


Lire la suite sur RFI