Un essaim de criquets grand comme le Luxembourg arrive droit sur l'Ouganda

LExpress.fr
Ce nuage de 200 milliards de criquets dévore chaque jour 400 000 tonnes de nourriture et menace les cultures de l'Afrique de l'Est.

D'épais nuages de criquets affamés se sont répandus depuis l'Éthiopie et la Somalie jusqu'au Kenya, où l'Agence des Nations Unies pour l'Agriculture et l'Alimentation (FAO) a estimé qu'un seul de ces essaims couvrait une surface de 2400 km2, soit la taille du Luxembourg.  

Selon l'Organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture, un tel essaim contiendrait quelque 200 milliards de criquets. Chaque criquet mange chaque jour l'équivalent de son propre poids (soit deux grammes), ce qui porte la quantité à un total de 400 000 tonnes de nourriture. Un criquet est capable de parcourir 150 km par jour et de ravager les moyens d'existence des populations rurales dans sa course effrénée pour se nourrir et se reproduire, comme l'explique Franceinfo. 

"L'urgence nationale" décrétée par le gouvernement

Ces essaims de criquets d'une ampleur historique dévastent depuis plusieurs semaines de larges zones d'Afrique de l'Est, à la suite de variations climatiques extrêmes qui pourraient s'avérer catastrophiques pour une région déjà frappée par une sécheresse et des inondations. 

"Les sources de nourriture pour les personnes et leur bétail sont menacées", a expliqué le ministère somalien de l'Agriculture, alors que les essaims de criquets pèlerins sont exceptionnellement importants et consomment d'énormes quantités de cultures et de fourrage. 

L'invasion de criquets balayant la Corne de l'Afrique a été déclarée "urgence nationale" en Somalie, où ces insectes dévastent l'approvisionnement alimentaire dans l'une des régions les plus pauvres et les plus vulnérables du monde, a annoncé dimanche le ministère somalien de l'Agriculture. Le gouvernement somalien a expliqué avoir pris cette décision pour concentrer les efforts et collecter des fonds, car il est essentiel de tenter de contenir les essaims de criquets avant les récoltes prévues en avril. 

Retrouver cet article sur L'Express.fr