Essai - Skoda Kamiq, l'efficacité tchèque dans un petit SUV

C'est un petit SUV qui veut jouer les premiers rôles. Le Skoda Kamiq sort en effet alors que la marque tchèque du groupe Volkswagen affiche une forme étincelante avec des ventes en constante progression en Europe ces dernières années. En France, Skoda conserve toutefois une certaine marge de progression, avec seulement 1,6% de part de marché en 2019, contre près de 5% au niveau du continent.

Mais pourquoi le Skoda Kamiq?

Multiplier les SUV soutient la stratégie de croissance de la marque tchèque. Certes, Skoda a sorti la Scala, testée un peu plus tôt cette année, pour compléter son offre de berlines. En attendant la nouvelle Octavia prévue pour le début d'année prochaine. Mais ce sont bien les SUV qui figurent au centre de sa stratégie actuelle de développement. Après le grand Kodiaq (4,7 mètres de long), le SUV de taille moyenne, le Karoq (4,4 mètres), voici désormais le petit SUV urbain, le Kamiq (4,24 mètres)

Trois noms qui ne sonnent pas vraiment tchèque et pour cause. Ils sont empruntés à la langue des inuits d'Alaska. Le Kodiaq fait référence à une espèce d'ours, le Karoq se présente comme la contraction de "voiture" et "flèche" (comme sur le logo de Skoda). Le Kamiq signifie lui "seconde peau".  Ce dernier affiche de grandes ambitions, avec 9500 commandes attendues par an. S'il y parvient, il doublera le best-seller actuel de la marque sur le marché français, la Fabia, sa berline polyvalente restylée en 2018.

Au volant

Avec...

Lire la suite sur Auto

A lire aussi