Essai clinique "sauvage" : l'arrêt brutal des traitements dans la maladie Parkinson "peut entraîner un risque létal chez les patients" selon France Parkinson

franceinfo

Un essai clinique "sauvage" mené "illégalement", en partie dans une abbaye près de Poitiers, sur au moins 350 malades de Parkinson ou d'Alzheimer a été interdit ce jeudi par l'Agence du médicament (ANSM). Il avait notamment été demandé aux patients y participant d'arrêter leur traitement.

"Cela peut même entraîner un risque létal chez les patients", a déclaré vendredi 20 septembre sur franceinfo Florence Delamoye, directrice générale de l’Association France Parkinson. "Les conséquences sont graves dans le traitement de la maladie de Parkinson dans le sens où les traitements sont assez importants et forts pour que le corps s'habitue. On ne peut pas faire de sevrage brutal. Jamais".

Ces malades ont-ils été bernés ?

On peut parler de la théorie de l'apparence. Les personnes n'ont pas imaginé que ces essais pouvaient ne pas être déclarés. En France, cela paraît complètement incroyable. On peut imaginer qu'ils ont été bernés. En tant qu'association de patients, nous sommes bien conscients et nous avons au quotidien les retours de personnes touchées par une pathologie aussi grave cherchant une solution. Pour Parkinson, il existe des traitements qui endiguent la plupart des symptômes à la différence d'Alzheimer. On a des traitements qui améliorent le quotidien et la qualité de vie des patients avec une certaine limite. C'est une maladie évolutive et c'est sur cet aspect que la science est assez impuissante. On (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi