Cet essai clinique sur le cancer a des résultats "spectaculaires", mais...

La chercheuse reconnaît tout d’abord que les résultats présentés sont “spectaculaires.” “Ce sont des cancers métastatiques, à des stades avancés et on observe une vraie guérison, ce qui à ma connaissance est inédit pour des cancers colorectaux”, souligne-t-elle. (Photo: Hiroshi Watanabe via Getty Images)
La chercheuse reconnaît tout d’abord que les résultats présentés sont “spectaculaires.” “Ce sont des cancers métastatiques, à des stades avancés et on observe une vraie guérison, ce qui à ma connaissance est inédit pour des cancers colorectaux”, souligne-t-elle. (Photo: Hiroshi Watanabe via Getty Images)

La chercheuse reconnaît tout d’abord que les résultats présentés sont “spectaculaires.” “Ce sont des cancers métastatiques, à des stades avancés et on observe une vraie guérison, ce qui à ma connaissance est inédit pour des cancers colorectaux”, souligne-t-elle. (Photo: Hiroshi Watanabe via Getty Images)

SANTÉ - Les résultats de cet essai clinique seraient “sans précédent”. Dans le New England Journal of Medicine, un article publié le 5 juin a dévoilé une étude clinique menée sur 12 patients atteints d’un cancer colorectal. Pendant six mois, ces patients ont reçu une dose de dostarlimab toutes les trois semaines. Grâce à ce traitement, ils seraient complètement guéris.

Quelles conclusions en tirer? Caroline Moyret-Lalle, docteure en biologie moléculaire, professeure à l’université Claude Bernard Lyon 1 et chercheuse au Centre de Recherche en Cancérologie de Lyon, nous aide à y voir plus clair.

La chercheuse reconnaît tout d’abord que les résultats présentés sont “spectaculaires.” “Ce sont des cancers métastatiques, à des stades avancés et on observe une vraie guérison, ce qui à ma connaissance est inédit pour des cancers colorectaux”, souligne-t-elle.

20% maximum des cancers colorectaux

Le dostarlimab, qui a été administré aux patients de l’étude clinique, fait partie de ce que l’on appelle les traitements par immunothérapie, c’est-à-dire “qui ciblent le système immunitaire”. Ils sont relativement récents: ils sont testés depuis 2013 aux États-Unis et 2016 en France.

“Dans beaucoup de types de cancers, les cellules cancéreuses neutralisent les cellules immunitaires, qui ne peuvent pas les attaquer, explique le Pr Moyret-Lalle. Les immunothérapies, combinées avec de la chimiothérapie, permettent aux cellules immunitaires d’attaquer à nouveau les cellules tumorales.”

Or, elles ne sont pas efficaces sur tous les types de cancers colorectaux. Dans le cas de cet essai clinique, le test a été réalisé sur un type particulier de cancer colorectal, qui représente 20% maximum des cas, selon les pays.

“Il s’agit de cancers colorectaux qui ont une instabilité génétique particulière, qui s’appelle l’instabilité micro-satellitaire, explique la chercheuse. Ce qui n’est pas le cas de 80 à 90% des cancers colorectaux, donc la grande majorité.”

Sur les autres cancers colorectaux, ce ne serait pas aussi efficace pour l’instant. “Pour la grande majorité des cancers colorectaux, les immunothérapies n’ont pas l’air de donner ce type de résultats, souligne le Pr Moyret-Lalle. Même si des études sont toujours en cours, en France notamment.”

Des essais cliniques plus importants

Si la chercheuse se veut optimiste, elle reste prudente, donc. “J’attends la suite. Le nombre de patients est faible, donc cela demande confirmation, estime-t-elle. Il faut attendre des cohortes de patients un peu plus importantes et avoir aussi des résultats sur les 80 à 90% des patients qui n’ont pas cette instabilité génétique particulière.”

Il faudra donc attendre des essais sur davantage de patients. “Si on a les mêmes résultats sur une ou plusieurs centaines de patients, ce sera vraiment intéressant, espère-t-elle. Car on sait qu’avec des immunothérapies, quand on change d’échelle, parfois on s’aperçoit que cela ne concerne que quelques patients et pas la majorité.”

Selon le New York Times, le prix de ce médicament serait de 11.000 dollars la dose. Un prix qui semble “dans la norme” pour le Pr Caroline Moyret-Lalle. “En France, c’est pris en charge, rappelle-t-elle. Mais en moyenne, les immunothérapies, c’est 5000 ou 6000 euros l’injection.”

À voir également sur Le HuffPostAprès les scandales, ces salariés d’Ehpad Orpéa en colère face au non-versement de prime

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles